INNOVATION AND EXCELLENCE SINCE 1992
Accueil
  >  
Catégories
  >  
Santé des yeux
  >  
Eye Pressure Control
Eye Pressure Control
Nouveau
Eye Pressure Control

La formule naturelle incontournable pour la santé vasculaire de l’œil

  • Contribue à optimiser la santé du réseau vasculaire de l’œil
  • Optimise les bons apports sanguins vers le nerf optique
  • Aide à maintenir une pression intraoculaire optimale
  • Participe à la bonne santé de l’œil en luttant contre le vieillissement
  • Origine 100 % naturelle
  • Produit à partir d'ingrédients exclusivement Français (écorce de pin) et Italiens (myrtilles)

voir les avis

Quantité : 30 Gél. Vég. 54.00 €
(61.51 US$)
Ajouter au panier

+Certificat d'analyse

Eye Pressure Control est une formule naturelle incontournable pour préserver la santé oculaire et prévenir la détérioration du système vasculaire de l’œil lié au vieillissement. Elle se compose de deux extraits entièrement naturels et brevetés, Mirtoselect®, un extrait de myrtilles récoltées dans les forêts européennes, et Pycnogenol®, un extrait d’écorce du pin maritime des Landes de Gascogne, en France.

À qui s’adresse Eye Pressure Control ?

  • Aux personnes ayant des antécédents familiaux de glaucome, de cataracte et de DMLA.
  • Aux personnes souhaitant prévenir naturellement les troubles de la vision liés à l’âge et minimiser les risques.
  • Aux personnes désireuses de préserver leur acuité visuelle.
  • Aux personnes souhaitant accroître momentanément leurs performances visuelles.
  • Aux personnes atteintes de diabète ou d’hypothyroïdie.
  • Aux personnes qui souffrent d’hypotension ou d’hypertension et à celles qui ont déjà eu des troubles cardiaques.
  • Aux personnes ayant déjà un problème oculaire (myopie, cataracte diagnostiquée, uvéite chronique, etc.).
  • Aux personnes ayant eu une blessure importante à un œil.

Qu’est-ce que MirtoSelect® ?

MirtoSelect® est un extrait authentique de myrtille (Vaccinium myrtillus) standardisé à 36 % d’anthocyanes. Il est obtenu exclusivement à partir de myrtilles fraîches récoltées à maturité entre juillet et septembre.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les observations empiriques incitaient les pilotes à ingérer des myrtilles pour améliorer leur vue durant les vols de nuit. Cette habitude a amené les chercheurs à étudier les propriétés des myrtilles sur le plan ophtalmologique et à mettre en évidence leurs nombreux bienfaits au cours des dernières décennies (1-6) :

  • amélioration de la sensibilité de la rétine ;
  • préservation de la fonction visuelle ;
  • maintien de la fonction lacrymale ;
  • amélioration de la circulation vasculaire de l’œil ;
  • soulagement de la fatigue oculaire (après une utilisation intensive des yeux) ;
  • lutte contre le vieillissement de l’œil.

Aujourd’hui, on sait que ces bienfaits sont dus à la teneur des myrtilles en anthocyanes.

On trouve les anthocyanes dans de nombreux fruits, dans le vin rouge, dans certains légumes racines ou à feuilles, mais ce sont bien les myrtilles qui en contiennent le plus (7). Ce sont des composés antioxydants appartenant à la grande famille des flavonoïdes et qui sont totalement absents chez les animaux.

Les mécanismes d’action des anthocyanes

Puissante activité antioxydante. Les anthocyanes des myrtilles sont de puissants antioxydants qui agissent contre les espèces réactives de l’oxygène, en particulier l’anion superoxyde (O2−), et qui limitent la peroxydation lipidique (8), un phénomène qui contribue à rendre les acides gras « rances ».

Les anthocyanes sont capables de prévenir la photo-oxydation induite par la lumière, notamment celle qui touche la lipofuscine (9), un pigment qui s’accumule au fil des années dans les cellules de l’épithélium rétinien. Cette oxydation génère elle-même des radicaux libres phototoxiques qui provoquent petit à petit un stress oxydatif chronique particulièrement dévastateur pour l’œil (10). Or, ce processus peut lui aussi être enrayé par les anthocyanes.

Les anthocyanes semblent également capables d’augmenter dans l’œil les niveaux d’antioxydants endogènes (c’est-à-dire ceux qui sont fabriqués par l’organisme) comme le glutathion, la vitamine C et le superoxyde dismutase (11).

Propriétés anti-inflammatoires. Des études récentes montrent que les anthocyanes peuvent atténuer l’expression des gènes qui vont contribuer à l’inflammation et, au contraire, encourager l’expression de ceux qui luttent contre celle-ci (12). C’est une propriété très intéressante, car on suspecte l’inflammation de jouer un rôle dans de nombreuses pathologies, en particulier l’athérosclérose qui est un facteur de risque très élevé du glaucome.

Inhibition de la phosphodiestérase. Les anthocyanes contenues dans la myrtille (cyanidines, delphinidines et malvidines) ralentissent l’activité d’une enzyme très active dans l’œil : la phosphodiestérase (13). Cette enzyme se charge de rendre inactif un messager cellulaire qui excite les neurones et augmente les apports en glucose au cerveau. En la rendant moins efficace, les anthocyanes contribuent donc à une élévation temporaire de ce messager et, par conséquent, à une excitation passagère des neurones et des cellules photoréceptrices. Ce mécanisme explique potentiellement l’amélioration de l’acuité visuelle constatée dans les études et les données empiriques chez les consommateurs de myrtilles et d’extraits de myrtilles.

Effet sur la vasomotricité artérielle. La vasomotricité est la capacité que présente une artère à moduler son calibre. C’est une propriété indispensable à la bonne circulation du sang dans les artères, mais elle est souvent altérée par la formation de dépôts graisseux sur le revêtement interne des vaisseaux. Ces derniers ont donc plus de mal à réagir aux signaux biochimiques qu’il véhicule et se dégradent progressivement. Les anthocyanes auraient un effet positif sur cette propriété étroitement impliquée dans la fonction visuelle (14).

Note : à l’origine, la « myrtille » se rapporte uniquement à Vaccinium myrtillus, bien que l’appellation se soit étendue à plusieurs autres espèces américaines et cultivées. Contrairement à la pulpe de myrtille qui est bleue, celle de ces espèces hybrides est davantage verdâtre. Elles contiennent par ailleurs une quantité bien plus faible d’anthocyanes et sont beaucoup moins juteuses.

Comment est produit MirtoSelect® ?

De toutes les baies, les myrtilles sont assurément les plus précieuses : elles sont extrêmement difficiles à cultiver et beaucoup plus fragiles que les autres (ce qui les expose davantage aux coups et les rend difficiles à transporter).

Les myrtilles à l’origine de l’extrait sont donc récoltées à partir de plants sauvages, avant d’être congelées, triées, nettoyées puis purifiées de manière à garder toute l’étendue de leurs substances actives et de garantir une efficacité optimale (15) des anthocyanes.

Qu’est-ce que Pycnogénol® ?

Pycnogenol® est un extrait d’écorce de pin maritime (Pinus pinaster) à teneur normalisée en proanthocyanidines ou oligo-proanthocyanidines (OPC), une classe de composés antioxydants présents dans certains végétaux.

Aujourd’hui, grâce aux travaux de Jacques Masquellier, on sait que ce sont les proanthocyanidines contenues dans l’écorce de pin qui ont guéri les membres de l’équipage du bateau de Jacques Cartier, resté immobilisé plusieurs semaines dans les glaces du fleuve Saint-Laurent. Ils souffraient d’un mal qui était totalement méconnu à l’époque : le scorbut.

Près de 160 études cliniques et plus de 420 publications de recherches ont permis de comprendre un peu mieux les proanthocyanidines de l’écorce de pin et leurs effets sur le corps humain. Ces composés jouent notamment un rôle bénéfique vis-à-vis des parois des vaisseaux sanguins en favorisant leur dilatation. C’est une donnée importante, car on retrouve dans les troubles de la vision les plus communs une défaillance des vaisseaux sanguins qui fournissent les nutriments aux photorécepteurs et aux cellules de l’épithélium pigmentaire rétinien. Cette défaillance entraîne une hypoxie induisant la libération de plusieurs substances qui vont concourir au développement des troubles de la vision et entraîner une cascade de réactions néfastes pour l’ensemble de la fonction visuelle. Dans la majorité des cas, le glaucome est ainsi causé par un moins bon apport sanguin vers le nerf optique, lié à des plaques d’athérome présentes sur la paroi des vaisseaux qui irriguent ce nerf.

Pycnogenol® est produit à partir de l’écorce d’une espèce unique de pin provenant exclusivement de la forêt des Landes de Gascogne, dans le sud-ouest de la France. Aucun pesticide ni aucun herbicide ne sont utilisés et les arbres abattus sont tous remplacés, comme le prévoit la législation forestière française.

Pourquoi le stress oxydatif est-il maximal dans l’œil ?

La rétine de l’œil est le tissu dont le renouvellement est le plus élevé de l’organisme. Il y a donc une production inévitable et permanente de radicaux libres. De plus, il est particulièrement exposé aux rayons ultraviolets du soleil qui génèrent eux aussi des radicaux libres potentiellement dangereux pour l’organisme.

Ces radicaux libres sont la cible des antioxydants endogènes et de ceux d’origine alimentaire, mais certains d’entre eux passent entre les mailles du filet et parviennent à dégrader les cellules, les protéines ou les acides gras de l’organisme. Les acides gras poly-insaturés, très concentrés dans les membranes des cellules de l’œil, ainsi que les cônes des photorécepteurs de la macula y sont d’ailleurs particulièrement vulnérables. À terme, ces micro-dommages causés par les radicaux libres s’accumulent et sont responsables du vieillissement de l’œil et de nombreux dysfonctionnements connus.

Cette vitesse de dégradation va dépendre du nombre de radicaux libres générés (qui dépend lui-même de plusieurs facteurs liés à l’hygiène de vie), mais aussi du nombre d’antioxydants apportés par l’alimentation : moins nous ingérons de ces précieux composés, plus notre organisme est susceptible de laisser « filer » des radicaux libres. Lorsqu’il existe un déséquilibre durable entre la production de ces radicaux et la capacité des défenses antioxydantes, on parle de stress oxydant. Il se manifeste par des altérations structurelles et fonctionnelles et prend pleinement part au développement des pathologies qui affectent la vision (16).

Avec l’âge, ce déséquilibre se creuse pour diverses raisons. La teneur d’un pigment très particulier, la lipofuscine, augmente au fil des années (17). C’est un pigment composé de lipides et de protéines qui sensibilise les cellules épithéliales à la lumière bleue et qui provoque la production massive d’oxygène singulet (18) et de radicaux libres (19), des espèces réactives de l’oxygène qui endommagent les cellules et causent leur mort par apoptose (20). Au cours du vieillissement, la fluidité membranaire est également affectée du fait de l’accumulation des dommages infligés par les radicaux libres. Or cette modification se traduit progressivement sous la forme d’une réponse inflammatoire chronique qui s’accompagne d’une production de médiateurs pro-inflammatoires (21)…

Les antioxydants exogènes tels que les anthocyanes ou les proanthocyanidines constituent donc des solutions idéales pour prévenir la survenue d’un tel cercle vicieux.

Pour réussir à les acheminer jusqu’aux structures de l’œil, il faut veiller en même temps à une optimisation du réseau vasculaire de l’œil : l’intégrité fonctionnelle des cellules photoréceptrices dépend nécessairement du bon fonctionnement des capillaires de la rétine. Pas seulement pour faire circuler les antioxydants : les photorécepteurs requièrent une quantité très importante d’oxygène et produisent en permanence de très nombreux déchets qui doivent être évacués au plus vite pour fonctionner de manière optimale. Lorsque ces échanges ne sont pas bien assurés, des pathologies comme le glaucome et la DMLA sont susceptibles de se développer rapidement (22).

Les questions fréquentes des internautes


Avec quoi peut-on associer Eye Pressure Control ?

L’œil possède une barrière hydrolipidique : il faut donc lui apporter des antioxydants hydrosolubles comme les anthocyanes, mais aussi des antioxydants liposolubles, comme des caroténoïdes, pour protéger la rétine riche en acides gras polyinsaturés. La lutéine, la zéaxanthine et la méso-zéaxanthine sont les trois pigments caroténoïdes qui se trouvent en très forte concentration dans la rétine de l’œil : ils sont d’ailleurs directement responsables de la couleur jaune de la macula. Eye Pressure Control s’associe donc parfaitement avec Lutein 20 mg, Smart Eyes ou Macula Plus, une formule haut de gamme riche en caroténoïdes.

Quelles sont les mesures à associer à Eye Pressure Control ?

  • Éviter l'usage des corticostéroïdes sous forme de gouttes oculaires ou par voie orale.
  • Avoir une alimentation abondante en fruits et en légumes frais.
  • Éviter de boire de trop grandes quantités de liquides à la fois pour ne pas augmenter subitement la pression intraoculaire.
  • Limiter la consommation de caféine et éviter le tabagisme.
  • Faire de l’ exercice physique régulièrement, tout en évitant les activités trop intenses ainsi que les postures de yoga et les exercices avec la tête en bas, qui peuvent augmenter la pression dans les yeux.
  • Protéger les yeux des rayons ultraviolets du soleil en portant des lunettes aux verres teintés filtrant 100 % des UV .

Quand prendre Eye Pressure Control ?

Il est préférable de prendre Eye Pressure Control pendant ou juste après les repas pour éviter toute gêne gastrique.

Références

  1. Kim E.S., J. Clinical Evaluation of Patients with Nonproliferative Diabetic Retinopathy Following Medication of Anthocyanoside: Multicenter Study, Korean Ophthalmology Soc., 2008;49(10):1629-1633.
  2. Mazzolani F. et al., The effect of oral supplementation with standardized bilberry extract (Mirtoselect®) on retino-cortical bioelectrical activity in severe diabetic retinopathy, Minerva Oftalmol 2017 June;59(2)_38-41
  3. Riva A, Togni S et al. The effect of a natural, standardized bilberry extract (Mirtoselect®) in dry eye: a randomized, double blinded, placebo-controlled trial. Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2017 May;21(10):2518-2525.
  4. Kajimoto O, Sasaki K, Takahashi T. Recovery effect of VMA intake on visual acuity of pseudomyopia in primary school students. J New Rem & Clin 2000;49:72-79. [Article in Japanese]
  5. Virno M, Pecori Giraldi J, Auriemma L. Antocianosidi di mirtillo e permeabilità dei vasi del corpo ciliare. Boll Ocul. 1986;65:789–95.
  6. Karlsen A et al. Anthocyanins Inhibit Nuclear Factor-kB Activation in Monocytes and Reduce Plasma Concentrations of Pro-Inflammatory Mediators in Healthy Adults, J. Nutr. 2007, 137, 1951-1954.
  7. Nutrient U.S. Department of Agriculture, A.R.S., USDA Database for the Flavonoid Content of Selected Foods, Release 3.0 2011.
  8. Shumin Li, Adam J. Case et al. Over-expressed copper/zinc superoxide dismutase localizes to mitochondria in neurons inhibiting the angiotensin II-mediated increase in mitochondrial superoxide, Redox Biol. 2014; 2: 8–14. Published online 2013 Nov 18. doi: 10.1016/j.redox.2013.11.002
  9. Sparrow JR, Vollmer-Snarr HR, Zhou J, Jang YP, Jockusch S, Itagaki Y, Nakanishi K. A2E-epoxides damage DNA in retinal pigment epithelial cells. Vitamin E and other antioxidants inhibit A2E-epoxide formation. J. Biol. Chem., Vol. 278, Issue 20, 18207-18213 (2003).
  10. Sparrow JR, Vollmer-Snarr HR, Zhou J, Jang YP, Jockusch S, Itagaki Y, Nakanishi K. A2E-epoxides damage DNA in retinal pigment epithelial cells. Vitamin E and other antioxidants inhibit A2E-epoxide formation. J. Biol. Chem., Vol. 278, Issue 20, 18207-18213 (2003).
  11. Yao N. Protective effects of bilberry (Vaccinium myrtillus L.) extract against Endotoxin-induced uveitis in mice. J. Agric. Food Chem., 2010, 58 (8), pp 4731–4736.
  12. Chen, Jihua, Uto, Takuhiro, Tanigawa, Shunsuke, Kumamoto, Takuma, Fujii, Makoto and Hou, De-Xing. “Expression Profiling of Genes Targeted by Bilberry (Vaccinium myrtillus) in Macrophages Through DNA Microarray”, Nutrition and Cancer, 60:1,43 – 50 (2008)
  13. Perretti C, Magistretti MJ, Robotti A, Ghi P, Genazzani E (1988) Vaccinium myrtillus anthocyanosides are inhibitors of AMPc and GM-Pc phosphodiesterases Pharmacol Res Comm 20(Suppl 2) 150 (PDF) Different brands of bilberry extract: A comparison of selected components. Available from: https://www.researchgate.net/publication/242267405_Different_brands_of_bilberry_extract_A_comparison_of_selected_components [accessed Jun 27 2018].
  14. Piovella F., Ricetti M. M., Almasio P., Feoli F. R., Pesenti Campagnoni M., Castagnola C., Min. Angiol. 6, 135 (1981)
  15. Prior R.L. et al., Antioxidant Capacity As Influenced by Total Phenolic and Anthocyanin Content, Maturity, and Variety of Vaccinium Species, J. Agric. Food Chem. 46, 2686 (1998).
  16. Desmettre T. Stress oxydant et DMLA. Réalités ophtalmologiques 2004 ; n° 111.
  17. Sundelin S, Wihlmark U, Nilsson SE, Brunk UT. Lipofuscin accumulation in cultured retinal pigment epithelial cells reduces their phagocytic capacity. Curr Eye Res 1998 ; 17 : 851-7.
  18. Rozanowska M, Wessels J, Boulton M, Burke JM, Rodgers MA, Truscott TG, et al. Blue light-induced singlet oxygen generation by retinal lipofuscin in non-polar media. Free Radic Biol Med 1998 ; 24 : 1107-12
  19. Boulton M, Dontsoy A, Jarvis-Evans J, Ostrovsky M, Svistunenko D. Lipofuscin is a photoinductible free radical generator. J Photochem Photobiol 1993 ; 19 : 201-4.
  20. Eldred GE. Lipofuscin fluorophore inhibits lysosomal protein degradation and may cause early stages of macular degeneration. Gerontology 1995 ; 41 (Suppl. 2) : 15-28.
  21. Beatty S, Koh H, Phil M, Henson D, Boulton M. The role of oxidative stress in the pathogenesis of age-related macular degeneration. Surv Ophtalmol 2000 ; 45 : 115-34
  22. Kuroki M, Voest EE, Amano S, Beerepoot LV, Takashima S, Tolentino M, et al. Reactive oxygen intermediates increase vascular endothelial growth factor expression in vitro and in vivo. J Clin Invest 1996 ; 98 : 1667-75.

Dose journalière : 1 gélule
Nombre de doses par boîte: 30

Quantité
par dose

Mirtoselect® (extrait de myrtille Vaccinium myrtillus standardisé à 36% d’anthocyanines) 70 mg
Pycnogenol® (extrait de l’écorce du pin maritime des landes) 40 mg
Autres ingrédients : Gomme d’acacia.
Mirtoselect®, Indena, Italie. Pycnogenol®, Horphag, Suisse.


Réservé aux adultes. Prendre 1 gélule par jour.

Précautions : Ne pas dépasser la dose quotidienne recommandée. Ce produit est un supplément nutritionnel (ou complément alimentaire) qui ne doit pas se substituer à une alimentation variée et équilibrée. Ne pas laisser à la portée des jeunes enfants. Conserver à l'abri de la lumière, de la chaleur et de l'humidité. Comme avec tout supplément nutritionnel, consultez un professionnel de santé avant de le consommer si vous êtes enceinte, allaitez ou si vous avez un problème de santé.
 
Découvrez quelques témoignages de nos clients

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
Continuer mon shopping
keyboard_arrow_up