0
fr
US
WSM
232200312
Votre panier est vide.
Menu

Cure de curcuma : combien de temps ?

Régénérant, protecteur ou encore antioxydant : le curcuma est une plante phare de la médecine ayurvédique, très étudiée depuis plusieurs années pour ses nombreux bienfaits santé. Mais combien de temps devrait durer une cure de curcuma ?

Cure de curcuma

Le curcuma : plante phare de la médecine ayurvédique

Définition du curcuma

Le curcuma est une plante de la famille du gingembre. Sa tige souterraine (son « rhizome ») est utilisée comme épice mais aussi traditionnellement employée en médecine ayurvédique pour traiter une grande diversité d’affections comme l’inflammation, les problèmes gastriques, les maladies infectieuses, etc. (1)

Les principes actifs du curcuma

Le curcuma a fait l’objet, depuis plusieurs dizaines d’années, de nombreuses études pour vérifier ces effets. Ainsi, divers principes actifs ont été isolés, notamment des polyphénols, des sesquiterpènes, des diterpènes, des triterpénoïdes, des stérols et des alcaloïdes (2).

Mais c’est la curcumine, qui constitue 2 à 5 % du curcuma et qui est un puissant antioxydant aux propriétés anti-inflammatoires, qui est sans doute la molécule la plus étudiée. Toutefois, il apparaît que certains bienfaits du curcuma sont indépendants de ce principe actif, et dépendent donc des autres molécules contenues dans ce remède naturel aux multiples vertus.

Les bienfaits du curcuma, selon les études

Au niveau moléculaire, il a été démontré que le curcuma module de nombreuses voies de signalisation cellulaire. Des études cellulaires ont aussi démontré le potentiel de cette épice en tant qu’agent antimicrobien, insecticide, larvicide, antimutagène et radioprotecteur (3).

De leur côté, plusieurs études animales ont montré le potentiel de cette épice contre les maladies pro-inflammatoires, la prolifération cellulaire, les troubles neurodégénératifs, la déprime, le diabète, l'obésité et l'athérosclérose.

Chez l’Homme, on reconnaît généralement au curcuma une action sur l’inflammation, le système digestif, l’immunité, le foie, les voies respiratoires, la qualité du sang ainsi que la lutte contre le stress oxydatif. Plusieurs essais cliniques, par ailleurs, ont étudié son efficacité contre de nombreuses maladies, notamment la néphrite lupique, le cancer, le diabète, le syndrome du côlon irritable, l'acné et la fibrose.

Reste à savoir combien de temps doivent durer les cures de curcuma, en fonction des troubles visés.

Focus sur différents usages du curcuma et les durées de cures

Comment utiliser le curcuma comme anti-inflammatoire ?

De nombreuses études ont pu démontrer que la curcumine aide l’organisme à gérer la réponse inflammatoire. Concrètement, la curcumine inhiberait la voie NF-kB ainsi que d’autres voies de signalisation pro-inflammatoires. Ce faisant, la curcumine bloque l’expression de cytokines pro-inflammatoires, de certaines interleukines et du facteur de nécrose tumorale TNF-alpha.

Ces propriétés anti-inflammatoires ont été exploitées dans des études portant sur le traitement du syndrome du côlon irritable, de la polyarthrite rhumatoïde et de la stéatose hépatique non alcoolique, notamment (4).

Dans toutes ces situations, les premiers effets positifs de la cure de curcuma apparaissaient au bout de 4 semaines (1 mois) et une durée moyenne de 12 semaines (3 mois) apparaissait comme pertinente pour optimiser les effets.

Curcuma et digestion

L’Agence européenne du médicament reconnaît l’usage traditionnel du curcuma pour soutenir le confort intestinal en cas de digestions difficiles. Dans ce type de contexte, elle recommande une cure de curcuma de 15 jours (5).

Curcuma et perte de poids

La curcumine, le principe actif le plus puissant du curcuma, soutient la digestion et la santé du foie (6). Comme elle est en outre un puissant antioxydant et aurait des effets anti-inflammatoires, elle permettrait de conserver son énergie et d’assainir son corps pendant un régime amincissant. Et ce, d’autant plus que, selon certaines études, la curcumine favoriserait le métabolisme du glucose et l’élimination des graisses.

A contrario, les personnes subissant une perte de poids non désirée peuvent également se tourner vers le curcuma, qui stimule l’appétit.

Dans une logique de perte de poids, une cure de curcuma devrait donc se poursuivre pendant tout ou partie de la durée du régime ou de la diète, à des doses modérées.

Cure de curcuma : combien de temps ?

En conclusion, si la durée optimale d’une cure de curcuma dépend du trouble visé mais aussi des quantités administrées, ainsi que de la démarche (préventive ou curative), il semble idéal de suivre en moyenne une cure de curcuma d’une durée de 8 à 12 semaines (2 à 3 mois) environ.

Voyons à présent les durées de prise idéales pour les différents compléments de curcuma élaborés par SuperSmart.

Compléments de curcuma : biodisponibilité et durée de prise conseillée

Sur le papier, donc, le curcuma est un remède miracle aux multiples bienfaits. Mais dans les faits, les choses sont un peu plus compliquées. En effet, la curcumine contenue dans le curcuma est assez peu biodisponible (7).

Ainsi, pour profiter des bienfaits du curcuma, il convient soit de consommer beaucoup de curcuma en poudre (de l’ordre de 1 g à 2 g par jour au minimum), soit de se tourner vers des compléments alimentaires dédiés, standardisés à des taux élevés de curcumine (comme Natural Curcuma par exemple, à prendre pendant 1 à 2 mois).

Il existe également des formes brevetées de curcumine, associées avec d’autres molécules qui en favorisent l’absorption, comme la pipérine notamment, conçues pour maximiser la biodisponibilité de la curcumine (comme Super Curcuma, qui contient une forme 29 fois plus assimilable que les produits conventionnels, à prendre pendant 5 semaines à 10 semaines, ou encore Curcumin Solution, dont la forme brevetée est 185 fois plus assimilable que la curcumine classique, à prendre pendant 1 mois).

Le curcuma a-t-il des effets secondaires ?

Les effets indésirables du curcuma sont peu connus car peu documentés. Quelques cas d’hépatites corrélées à une consommation à très haute dose de curcuma ont été relevés, mais sans qu’un lien de cause à effet ait été démontré. Des quantités élevées de curcuma en poudre peuvent également conduire à des flatulences et des nausées (8).

Cela étant, faute de données, et puisque le curcuma est également préconisé, en usage traditionnel, pour traiter les aménorrhées (l’absence de règles), l’Agence européenne du médicament déconseille la consommation de curcuma autre qu’alimentaire pendant la grossesse, l’allaitement ou encore chez les enfants de moins de 18 ans. Mais il s’agit là d’un pur principe de précaution.

Aussi, en tout état de cause, une cure de curcuma peut durer plusieurs semaines sans aucun danger tant que les recommandations des fabricants de compléments alimentaires sont respectées. Il va cependant de soi qu’en cas d’apparition de troubles (calculs biliaires, douleurs hépatiques), il convient de stopper la cure et de consulter un médecin pour investiguer les causes de ces troubles.

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. HOMBOURGER, Christelle. Le Curcuma, de l'épice au médicament. 2010. Thèse de doctorat. UHP-Université Henri Poincaré.
  2. AKRAM, Muhammad, SHAHAB-UDDIN, Ahmed A., USMANGHANI, K. H. A. N., et al.Curcuma longa and curcumin: a review article. Rom J Biol Plant Biol, 2010, vol. 55, no 2, p. 65-70.
  3. RATHORE, Surbhi, MUKIM, Mohammad, SHARMA, Pratishtha, et al.Curcumin: A review for health benefits.  J. Res. Rev, 2020, vol. 7, no 1, p. 273-290.
  4. https://www.ema.europa.eu/en/documents/herbal-monograph/draft-european-union-herbal-monograph-curcuma-longa-l-c-domestica-valeton-rhizome-revision-1_en.pdf
  5. https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/curcuma-longa.html
  6. RIVERA‐ESPINOZA, Yadira et MURIEL, Pablo. Pharmacological actions of curcumin in liver diseases or damage. Liver International, 2009, vol. 29, no 10, p. 1457-1466.
  7. ANAND, Preetha, KUNNUMAKKARA, Ajaikumar B., NEWMAN, Robert A., et al.Bioavailability of curcumin: problems and promises. Molecular pharmaceutics, 2007, vol. 4, no 6, p. 807-818.
  8. NG, Qin Xiang, SOH, Alex Yu Sen, LOKE, Wayren, et al.A meta-analysis of the clinical use of curcumin for irritable bowel syndrome (IBS). Journal of clinical medicine, 2018, vol. 7, no 10, p. 298.

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 années d'expérience
Satisfait
ou remboursé
Envoi rapide
Consultation Offerte