0
fr
US
WSM
233598613
Votre panier est vide.
Menu

Mononucléose et Covid long : quels traitements naturels ?

De nombreux chercheurs pensent que la réactivation de la mononucléose infectieuse par le Covid-19 serait responsable du Covid long. Comment combattre naturellement et efficacement cette maladie virale transmise par la salive, qui entraîne fatigue, angine et fièvre ?

Virus de la mononucléose infectieuse

Mononucléose : rappels sur la « maladie du baiser »

Infection virale de la famille de l’herpès, la mononucléose infectieuse est provoquée par le virus d’Epstein-Barr (EBV) (1). Ce virus étant extrêmement répandu, il est fréquent que l’organisme y soit exposé dès le plus jeune âge, sans que cela entraîne de symptômes : le corps développe cependant des anticorps et l’organisme est protégé.

Toutefois, en l’absence de contamination précoce, l’organisme n’est pas immunisé. Dès lors, une exposition tardive avec le virus provoque la mononucléose infectieuse, qui se traduit essentiellement par une fièvre importante, une grande fatigue, une perte d’appétit, d’éventuelles courbatures et autres douleurs musculaires, ainsi que des maux de tête. Parfois, la mononucléose infectieuse provoque également une angine particulièrement douloureuse (2).

Transmise par la salive et les projections de toux, la mononucléose infectieuse est ainsi souvent appelée « maladie du baiser » (3).

La mononucléose, responsable des Covid longs ?

Dans la mesure où les syndromes post-infectieux (SPI) sont connus et fréquents pour de nombreuses maladies, dont la mononucléose (4-5), depuis la pandémie de Covid-19, de nombreux chercheurs analysent les interactions entre ces différentes infections et le Covid, dans les cas de Covid longs.

Ainsi, en juin 2021, une étude était publiée dans la revue Pathogens (6), dans laquelle des chercheurs avançaient une hypothèse inattendue concernant les Covid longs. Selon ces médecins, la réponse inflammatoire à l’infection par le virus de la Covid-19 provoquerait une réactivation du virus d’Epstein-Barr, présent chez 90% des adultes.

Cette réactivation expliquerait les symptômes rencontrés par 1 patient sur 3 après la guérison du Covid : fatigue, éruptions cutanées, brouillard cérébral, etc.

Suite à cette découverte, ces médecins préconisent de dépister systématiquement une réactivation de l’EBV chez les patients atteints de Covid afin de traiter le plus rapidement possible les symptômes de la mononucléose, et ainsi réduire l’impact sur l’état général des Covid longs.

Quels traitements contre la mononucléose infectieuse ?

Cependant, la mononucléose infectieuse étant une affection virale, il n’y a pas de traitement efficace contre la maladie (les quelques antiviraux existants sont généralement non recommandés) (7).

En revanche, le paracétamol ou les anti-inflammatoires sont souvent prescrits pour lutter contre les symptômes, en particulier la fièvre et les maux de tête. Par ailleurs, il est généralement recommandé de se reposer, de s’hydrater convenablement.

En tout état de cause, si vous pensez avoir contracté une mononucléose infectieuse, consultez votre médecin pour pratiquer un examen sanguin qui, seul, permet de confirmer le diagnostic.

Traitements naturels en cas de mononucléose

S’il n’existe pas de traitement miracle contre la mononucléose infectieuse, il existe en revanche de nombreux traitements naturels qui permettent de soulager certains symptômes mais aussi de soutenir votre immunité.

Ainsi, pour lutter contre la fatigue intense ressentie par les personnes touchées par la mononucléose, l’indispensable vitamine C apparaît comme un atout de maître, en particulier en hiver. Métabolisme énergétique, système immunitaire, fonctions psychologiques, réduction de la fatigue, etc. : la vitamine C est l’alliée absolue pour soutenir votre organisme. Elle est souvent conseillée par les médecins pour aider leurs patients à se remettre d’aplomb.

De la même manière, la vitamine D contribue au fonctionnement normal du système immunitaire et constitue donc un complément alimentaire quasi indispensable, notamment en hiver (8).

Le magnésium, qui contribue à réduire la fatigue et participe au bon fonctionnement du système nerveux et des fonctions psychologiques, s’avère également un complément alimentaire précieux en cas de fatigue accablante. Rappelons que le déficit en magnésium fait partie des carences les plus répandues dans la population.

Enfin, la médecine ayurvédique nous offre également une plante adaptogène très utile : le ginseng. Contribuant à réduire la fatigue, à entretenir la vitalité, à soutenir le système immunitaire ainsi qu’à la performance et à la réactivité du cerveau, la racine de cette plante médicinale répond  à de multiples symptômes (9).

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. EBELL, Mark H. Epstein-Barr virus infectious mononucleosis. American family physician, 2004, vol. 70, no 7, p. 1279-1287.
  2. VOULOUMANOU, Evridiki K., RAFAILIDIS, Petros I., et FALAGAS, Matthew E. Current diagnosis and management of infectious mononucleosis. Current opinion in hematology, 2012, vol. 19, no 1, p. 14-20.
  3. HOAGLAND, Robert J., et al.The transmission of infectious mononucleosis. American Journal of Medical Sciences, 1955, vol. 229, no 3, p. 262-72.
  4. ELIGIO, Pizzigallo, DELIA, Racciatti, et VALERIA, Gorgoretti. EBV chronic infections. Mediterranean journal of hematology and infectious diseases, 2010, vol. 2, no 1.
  5. HOTCHIN, N. A., READ, R., SMITH, D. G., et al.Active Epstein-Barr virus infection in post-viral fatigue syndrome. Journal of Infection, 1989, vol. 18, no 2, p. 143-150.
  6. GOLD, Jeffrey E., OKYAY, Ramazan A., LICHT, Warren E., et al.Investigation of long COVID prevalence and its relationship to Epstein-Barr virus reactivation. Pathogens, 2021, vol. 10, no 6, p. 763.
  7. BAILEY, R. E. Diagnosis and treatment of infectious mononucleosis. American family physician, 1994, vol. 49, no 4, p. 879-888.
  8. BAE, Minkyung et KIM, Hyeyoung. The role of vitamin C, vitamin D, and selenium in immune system against COVID-19. Molecules, 2020, vol. 25, no 22, p. 5346.
  9. NOCERINO, Emilia, AMATO, Marianna, et IZZO, Angelo A. The aphrodisiac and adaptogenic properties of ginseng. Fitoterapia, 2000, vol. 71, p. S1-S5.

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 années d'expérience
Satisfait
ou remboursé
Envoi rapide
Consultation Offerte