0
fr
US
1 masque gratuit pour chaque commande, 1 pack "masque + flacon de gel hydroalcoolique" offert pour chaque commande de 120€ et plus
X
× SuperSmart S'informer par question de santé Nouveaux articles Articles populaires Visiter notre boutique Mon compte Accès professionnel Blog Programme de fidélisation Langue: Français
Anti-âge Conseils

Inflammation chronique : le point en 10 informations essentielles

L’inflammation est un mécanisme de l’organisme pour lutter contre les agressions. Mais lorsqu’elle devient excessive, le corps en souffre. L’essentiel en 10 points.
globules rouges et blancs
Echantillon de sang au microscope
Rédaction Supersmart.
2020-01-29Commentaires (2)

C’est simple : le corps ne peut pas se passer de l’inflammation : c’est l’un de ses principaux mécanismes de défense. Toutefois dans certains cas, l’organisme surexprime ces mécanismes, avec des effets délétères. Lorsque cela se reproduit, on parle d’inflammation chronique : le corps lui-même ne peut plus réguler cette réaction et cela peut avoir de sévères conséquences. On fait le point en 10 choses à savoir sur l’inflammation chronique. 

L’inflammation est un processus naturel et bénéfique

C’est même l’un des principaux mécanismes de défense contre les agressions. Celle-ci peut être mécanique (blessure, plaie) ou microbienne (infection). Parfois même, elle est auto-immune : le corps déclenche ses défenses contre lui-même. 

Quel est le mécanisme normal de l’inflammation ? Lors d’une agression, des signaux chimiques sont envoyés, déclenchant la dilatation des vaisseaux et l’arrivée des cellules immunitaires. Ce sont ces cellules qui vont combattre activement l’origine de l’attaque. Cette réaction occasionne les signes que l’on constate habituellement : rougeur, chaleur, gonflement et douleur, parfois pulsatile (l’impression d’un pouls battant à l’endroit de l’inflammation). Cette inflammation est donc une réaction immunitaire, et suffit souvent à traiter l’agression. 

L’inflammation excessive a plusieurs origines possibles

Si l’agression est toujours active, alors l’inflammation l’est aussi. Il peut s’agir d’éléments extérieurs, comme l’alcool pris en quantité excessive qui entraîne une inflammation durable du foie (cirrhose). La pollution de l’air, le tabac provoquent cette inflammation au niveau des poumons. De même que certaines bactéries comme le bacille de koch, qui provoque la tuberculose, une maladie inflammatoire chronique. 

Certaines dispositions génétiques peuvent aussi entraîner des pathologies de ce type, comme la spondylarthrite ankylosante. On parle aussi des pathologies auto-immunes, comme le lupus, le psoriasis...  qui sont notamment caractérisées par cette inflammation chronique. On pense aussi que l’obésité et le syndrome métabolique - c’est-à-dire un ensemble de facteurs de risque cardiovasculaire (hypertension artérielle, cholestérol et glycémie trop élevés notamment) sont un facteur de développement de l’inflammation chronique dans l’organisme (1). Le stress et la sédentarité seraient eux aussi des éléments favorisant son apparition.  

Il existe un lien entre l’inflammation chronique et la santé mentale

Des chercheurs ont montré que certains facteurs inflammatoires pouvaient aussi atteindre le système nerveux central. Lorsque cette inflammation perdure, elle peut avoir des conséquences sur les neurones et leur fonctionnement, et aggraver certaines pathologies nerveuses comme la dépression, les troubles bipolaires ou encore la schizophrénie. Elle pourrait aussi avoir une influence sur le trouble du spectre autistique.

Ces découvertes enrichissent la piste du traitement de l’inflammation chronique pour soulager les patients atteints de troubles psychiatriques (2). Dans le cas précis de la dépression, la source inflammatoire est de plus en plus documentée. Certaines molécules inflammatoires comme les cytokines produisent également des molécules toxiques pour le système nerveux, et limitent la production des hormones comme la sérotonine. Cette dernière régule l’humeur et un déficit en sérotonine est l’une des causes de la dépression. Une inflammation chronique augmenterait donc le risque de développement de la dépression (3). 

Quelles pathologies sont caractérisées par une inflammation chronique ? 

Les pathologies inflammatoires chroniques sont des maladies au long cours. Les maladies inflammatoires de l’intestin (rectocolite hémorragique, maladie de Crohn), le psoriasis, la sclérose en plaques, la sarcoïdose, l’arthrose et ses dérivés (polyarthrite rhumatoïde par exemple)... 

L’inflammation chronique fait aussi partie des facteurs dans le cas de nombreuses autres pathologies : obésité, diabète, acné, fibromyalgie… 

Souvent, ses symptômes sont silencieux

Contrairement à sa forme aiguë, l’inflammation chronique peut être longtemps silencieuse, c’est-à-dire asymptomatique. On peut souffrir d’une maladie inflammatoire sans s’en rendre compte : c’est très net dans le cas du diabète, de l’aortite, de certaines formes d’arthrose… 

Parfois, des symptômes existent mais ne sont pas caractéristiques, comme une fatigue excessive ou des troubles digestifs. Il arrive donc que les symptômes aigus de l’inflammation, comme la douleur, ne surviennent que plus tard : le traitement est alors souvent plus lourd. Ces signes un peu flous représentent l’arbre qui cachent la forêt et une prise de sang est nécessaire pour détecter des troubles inflammatoires.

La nourriture joue un rôle capital dans l’inflammation 


On le dit souvent : l’alimentation est le premier remède ! Cela marche aussi à l’inverse : une alimentation déséquilibrée déstabilise l’organisme. Consommer des glucides simples (sucre des fruits, tous les sucres ajoutés) et des “mauvais” lipides en excès provoque une réaction inflammatoire, de concert avec une sous-consommation de fibres. Il convient donc de limiter les plats préparés, la charcuterie, et même les produits laitiers. Du côté du sucre, mieux vaut éviter les pâtisseries, les boissons sucrées, les farines raffinées… 

Par ailleurs, on connaît désormais les liens entre l’inflammation et l’équilibre intestinal. La flore intestinale est constituée de très nombreux micro-organismes qui ne sont pas pathogènes et sont surtout nécessaires à l’équilibre du corps. Lorsque le microbiote intestinal s’amenuise, on constate un déséquilibre général de l’organisme, d’autant plus au niveau inflammatoire. Enfin, les maladies inflammatoires de l’intestin se compliquent, dans 20 % des cas, en cancer colo-rectal (4). La stabilisation de la flore intestinale constitue donc un espoir thérapeutique dans de nombreuses pathologies.  

Les liens entre inflammation chronique et vieillissement prématuré

Si le risque d’inflammation chronique augmente avec l’âge, il est aussi l’une des causes du vieillissement prématuré. Tant et si bien qu’on a inventé un néologisme pour cela : l’inflammaging (5). On connaît ses effets délétères notamment sur le fonctionnement général de l’organisme, qui accélèrent le processus naturel du vieillissement. C’est le cas notamment pour des pathologies telles que le diabète ou la dégénération maculaire liée à l’âge (DMLA). Mais on sait aussi que l’inflammation chronique agit sur la peau : elle limite le renouvellement cellulaire, entraîne un relâchement des tissus et par la même occasion, des rides

Quel rôle pour l’activité physique ? 

En dehors de toute pathologie inflammatoire, la pratique régulière et modérée d’une activité physique a des effets bénéfiques. Comme sur l’intégralité de l’organisme, par ailleurs. Le sport dans ces conditions limite en effet nettement la production de cellules pro-inflammatoires. 20 à 30 minutes par jour suffisent pour profiter de l’action anti-inflammatoire du sport ! Astuce :  marcher d’un bon pas compte comme une activité physique (6). 

Il convient toutefois d’être prudent, notamment lorsque l’on souffre d’arthrose ou de pathologies inflammatoires articulaires en général. Certains sports favorisent l’arthrose, et notamment ceux qui impliquent des impacts forts ou des torsions, comme le tennis ou les sports d’équipe (7). Les activités physiques comme le cyclisme ou la natation sont plutôt recommandés pour leur part. L’idéal reste de consulter un médecin pour identifier une activité adaptée aux pathologies inflammatoires à risque. 

L’obésité est une maladie inflammatoire

L’obésité et l’inflammation entretiennent des liaisons que l’on peut qualifier de dangereuses. L’obésité favorise l’inflammation chronique, mais l’inverse n’est-elle pas vraie ? L’inflammation chronique favorise en effet la résistance à l’insuline. Celle-ci ne fonctionne plus correctement et le taux de sucre dans le sang grimpe en flèche. On parle alors de cercle vicieux. En outre, une surcharge alimentaire fatigue le métabolisme. Les mécanismes d’élimination passent le relais aux mécanismes de stockage : le sucre dans les muscles et le foie, et les graisses dans les adipocytes. Ces cellules augmentent la réaction inflammatoire, entretenant le cercle. Le traitement de l’inflammation fait partie des pistes thérapeutiques les plus étudiées dans le cadre du surpoids et de l’obésité. 

Des solutions naturelles existent pour contrôler l’inflammation

On l’a dit, une alimentation équilibrée est nécessaire pour limiter l’inflammation chronique. Certains aliments sont encore plus indiqués au vu de leur action anti-inflammatoire. Le curcuma par exemple a fait ses preuves sur plusieurs mécanismes inflammatoires (8). Le cassis est lui aussi réputé pour ses propriétés anti-inflammatoires (9), de même que la cranberry, la myrtille ou la baie de goji (10). Du côté des compléments alimentaires, certaines molécules ont aussi dévoilé d’importantes qualités anti-inflammatoires. 

L'un de nos compléments alimentaires réunit les meilleurs d'entre elles (curcumine, bromelaïne, gingérols, quercétine, rutine…) et intègre 3 produits brevetés de très haute qualité (Perluxan®, 5-Loxin® et Bioperine®) : InflaRelief Formula. Grâce à la variété de ses composants et son large spectre d’action, il permet de lutter efficacement contre l"ennemi silencieux" inflammatoire et s'oppose à ses multiples mécanismes.

Conclusion 

L’inflammation chronique est caractérisée par des mécanismes complexes, parfois encore non élucidés par la communauté scientifique. Dans le cas d’une pathologie inflammatoire chronique, il est essentiel de suivre le traitement conseillé par un médecin. Dans un cadre préventif, une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’une activité physique sont les premiers pas dans la lutte contre l’inflammation. 

Références scientifiques

  1. Cancello, R. and Clément, K. (2006), Review article: Is obesity an inflammatory illness? Role of low‐grade inflammation and macrophage infiltration in human white adipose tissue. BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology, 113: 1141-1147.
  2. Pape K, Tamouza R, Leboyer M, Zipp F. Immunoneuropsychiatry - novel perspectives on brain disorders. Nat Rev Neurol. 2019 Jun;15(6):317-328.
  3. Gałecki P, Talarowska M. Inflammatory theory of depression. Psychiatr Pol.2018 Jun 30;52(3):437-447.
  4. Modifier la flore intestinale pour lutter contre les cancers colorectaux - Fondation ARC. Consulté en novembre 2019.
  5. Claudio Franceschi, Judith Campisi, Chronic Inflammation (Inflammaging) and Its Potential Contribution to Age-Associated Diseases, The Journals of Gerontology: Series A, Volume 69, Issue Suppl_1, 1 June 2014, Pages S4–S9. 
  6. Stoyan Dimitrov, Elaine Hulteng, Suzi Hong, Inflammation and exercise: Inhibition of monocytic intracellular TNF production by acute exercise via β2-adrenergic activation, Brain, Behavior, and Immunity, Volume 61, 2017, Pages 60-68. 
  7. Jean-Luc Ziltener, Sandra Leal, Stéphane Borloz, Activités physiques – sport et arthrose, Rev Med Suisse 2012; volume 8. 564-570. 
  8. Jurenka, Anti-inflammatory Properties of Curcumin, a Major Constituent of Curcuma longa: A Review of Preclinical and Clinical Research, Alternative Medicine Review Volume 14, Number 2 2009. 
  9. Tyler Benn, Bohkyung Kim, Young-Ki Park, Casey J. Wegner, Ellen Harness, Tae-Gyu Nam, Dae-Ok Kim, Jong Suk Lee, Ji-Young Lee, Polyphenol-rich blackcurrant extract prevents inflammation in diet-induced obese mice, The Journal of Nutritional Biochemistry, Volume 25, Issue 10, 2014, Pages 1019-1025. 
  10. Nardi GM, Farias Januario AG, Freire CG, et al. Anti-inflammatory Activity of Berry Fruits in Mice Model of Inflammation is Based on Oxidative Stress Modulation. Pharmacognosy Res. 2016;8(Suppl 1):S42–S49. 
  11. Kantor ED, Lampe JW, Vaughan TL, Peters U, Rehm CD, White E. Association between use of specialty dietary supplements and C-reactive protein concentrations. Am J Epidemiol. 2012 Dec 1;176(11):1002-13.
Vous avez aimé, partagez Pinterest

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.
Line
14/02/2020
merci pour cet article extrêmement détaillé avec en lien le complément alimentaire préconisé
Virginie L.
05/02/2020
Bonjour, tout d'abord merci pour ses articles qui aident à trouver des alternatives à la médecine classique qui apparaît aujourd'hui comme dépassée et obsolète face à certaines maladies. Je souffre d'une encéphalomyélite myalgique autant dire que c'est du vécu ! Pour autant je me permets d'attirer votre attention sur une erreur dans cet article. Vous citez l'autisme dans la maladie mentale , ce n'est pas le cas. J'ai travaillé longtemps auprès de personnes avec un trouble du spectre autistique ( dénomination actuelle) et je connais bien ce problème de la méconnaissance de ce handicap (encore aujourd'hui !). Et dire que l'autisme est une maladie mentale revient malheureusement à faire de la fake news et à maintenir ce mensonge qui crée énormément de souffrance auprès de ces personnes et de leurs entourages..Et je suis sûre que ce n'est pas votre volonté. Sincérement. VL.
SuperSmart.com
05/02/2020
Bonjour Virginie,
Et merci d'avoir pris le temps de nous adresser cette remarque judicieuse.
Nous avons modifié ce passage de l'article en conséquence, pour mieux correspondre aux dénominations actuelles.
Au plaisir de vous lire à nouveau sur SuperSmart,
La Rédaction
Notre sélection d'articles
assiette remplie au quart de sa surface avec différents aliments
Qu’est-ce que la restriction calorique ?

La restriction calorique consiste à réduire l’apport alimentaire, en compensant d’éventuelles carences par une complémentation. Au-delà de son effet amincissant, elle est surtout étudiée aujourd’hui pour sa capacité à améliorer notre espérance de vie.

Vieille cellule sénescente qui ne peut plus se diviser
Qu’est-ce qu’une cellule sénescente ?

Une cellule sénescente est une cellule dont le cycle de vie s'est arrêté définitivement. Si tout va bien, ces cellules sont éliminées de l’organisme par le système immunitaire. Dans certains cas, elles ne sont pas évacuées et s’accumulent dans les tissus, ce qui peut avoir des conséquences sérieuses sur la santé.

Cellules humaines agressées par des espèces réactives de l'oxygène
Qu'est-ce que le stress oxydatif ?

Le stress oxydatif, ou oxydant, correspond à l'attaque des cellules par les radicaux libres. Quand ces derniers deviennent trop nombreux, le corps s'abîme, ne pouvant plus les contrôler. Faisons le point sur les sources des radicaux libres, leurs conséquences et les pistes pour mieux les réguler.

Signes du vieillissement sur les mains ridées et tachées d'une personne âgée
Quelles sont les différentes causes du vieillissement ?

Le vieillissement de l'organisme est dû à une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux : raccourcissement de l’ADN, stress oxydatif, glycation... On fait le point sur le vieillissement, ses causes et les façons de le ralentir.

photographie de chercheurs travaillant sur le vieillissement
Des chercheurs inversent le vieillissement avec une enzyme naturelle

Une équipe de chercheurs est parvenue à inverser le déclin des fonctions musculaires avec un composé anti-âge de renom : la nicotinamide mononucléotide. Quels sont les mécanismes d'action ? Peut-on en profiter ? Supersmart fait le point.

photograpie d'une quarantenaire qui sourit
10 conseils à appliquer chaque jour pour réduire le vieillissement

Pour ralentir le vieillissement de l'organisme, plusieurs leviers peuvent être activés, et ce chaque jour. Nos 10 conseils pour vieillir moins vite.

Ces produits devraient vous intéresser

Nouveau
Senolytic ComplexSenolytic Complex

Les sénolytiques : une formule révolutionnaire pour pulvériser les cellules sénescentes à l’origine du vieillissement

84.00 €(96.13 US$)
+
Mitochondrial Formula  avec PQQMitochondrial Formula avec PQQ

Une formule nutritionnelle anti-âge pour optimiser le fonctionnement mitochondrial et générer de nouvelles mitochondries

59.00 €(67.52 US$)
+
AMPK BoosterAMPK Booster

Une formule exceptionnelle contre le déclin du métabolisme

42.00 €(48.06 US$)
+
Nicotinamide Mononucleotide 125 mg Nicotinamide Mononucleotide 125 mg

Le précurseur le plus direct du NAD pour augmenter la longévité et inverser le vieillissement

59.00 €(67.52 US$)
+
Nouveau
Dragonhead ExtractDragonhead Extract

Un extrait anti-âge de Tête de dragon pour mimer la restriction calorique

42.00 €(48.06 US$)
+
-55%
Astragaloside IV 98%Astragaloside IV 98%

Un complément d’astragaloside IV pour freiner le raccourcissement des télomères

44.10 €98.00 €(50.47 US$)
+
Astragalus ExtractAstragalus Extract

Un extrait d’Astragale en gouttes pour augmenter les défenses de l’organisme

19.00 €(21.74 US$)
+
Nicotinamide Riboside 125 mgNicotinamide Riboside 125 mg

Une forme précieuse de la vitamine B3 pour lutter contre le vieillissement

69.00 €(78.96 US$)
+
© 1997-2020 Supersmart.com® - Tous droits de reproduction réservés
© 1997-2020 Supersmart.com®
Tous droits de reproduction réservés
Nortonx
secure
Warning
ok