0
fr
US
WSM
221752124
Votre panier est vide.
Menu
Compléments alimentaires contre la maladie de Lyme

Maladie de Lyme : symptômes, traitements, compléments [VIDÉO]

Hélène Tinguely, notre nutritionniste consultante, vous présente les traitements et les compléments alimentaires recommandés en cas de maladie de Lyme.

(Transcription à l'écrit sous la vidéo)

La maladie de Lyme est la plus fréquente des maladies vectorielles dans l’hémisphère nord.

Comment la reconnaître ? Quels sont les traitements habituellement proposés ? Pouvez-vous recourir à des compléments alimentaires pour vous aider à y faire face ? Je vous explique tout dans cette vidéo.

D’ailleurs, si vous voulez tout savoir sur les compléments alimentaires, je vous invite à télécharger notre ebook gratuit, le « Guide Pratique des Compléments Alimentaires ». Le lien est dans la description sous la vidéo.

Bonjour à tous !

Maladie de Lyme : définition et cause

La maladie de Lyme est une infection faisant suite à une morsure de tique porteuse de la bactérie Borrelia burgdorferi. On parle également de borréliose de Lyme.

Cette affection n’est pas contagieuse et ne se transmet pas d’homme à homme.

Les tiques évoluent essentiellement dans les milieux boisés et humides, ainsi que dans les hautes herbes, les jardins ou les parcs végétalisés. Les forestiers, chasseurs, randonneurs ou cueilleurs de champignons y sont donc particulièrement exposés, notamment entre le début du printemps et la fin de l’automne.

D’après une méta-analyse récemment publiée par une revue américaine spécialisée, 14 % de la population mondiale aurait déjà contracté la maladie de Lyme. L’Europe centrale serait la plus touchée, avec un taux d'infection qui atteindrait les 20 %, devant l’Asie de l’Est et l’Europe de l’Ouest.

Symptômes de la maladie de Lyme

Quels sont les symptômes de la maladie de Lyme ?

La maladie de Lyme peut se présenter sous différentes formes, qui dépendent essentiellement de la précocité du dépistage.

Le premier signe qui doit vous alerter est l’apparition d’une plaque rouge inflammatoire autour de la morsure. Celle-ci apparaît sous 3 à 30 jours après la piqûre. On parle d’érythème migrant isolé (1).

Elle s’étend progressivement, pour atteindre un diamètre qui excède souvent 5 cm. Elle n’occasionne pas de démangeaisons. Visuellement, la plaque se délimite par une bordure rouge plus foncée que son centre, ou prend l’aspect d’une cible.

Parfois, ces plaques sont multiples et se développent à distance du point de morsure. Elles peuvent s’accompagner de symptômes plus généraux tels que de la fièvre, des maux de tête ou de la fatigue.

Des inflammations articulaires ainsi que des atteintes neurologiques, cardiaques ou ophtalmologiques sont parfois retrouvées. Lorsque ces troubles apparaissent dans les 6 mois, on parle de forme locale disséminée.

Lorsque les formes précoces n’ont pas été convenablement traitées, la maladie de Lyme peut évoluer en une forme disséminée tardive, qui met plusieurs mois voire plusieurs années à apparaître. Celle-ci est de fait plus difficile à diagnostiquer.

Elle se manifeste essentiellement par des troubles neurologiques d’installation progressive, touchant le système nerveux central ou périphérique, ou par des atrophies cutanées caractéristiques.

Selon les zones touchées, elle peut laisser des séquelles invalidantes telles que des douleurs neuropathiques, de la fatigue chronique, des céphalées ou des troubles cognitifs.

Traitements anti-maladie de Lyme

Quels sont les traitements de la maladie de Lyme ?

Seul votre médecin traitant ou un spécialiste en maladies infectieuses peuvent vous proposer un traitement adapté.

Je vous invite donc à consulter très rapidement un professionnel de santé si vous pensez avoir été piqué par une tique et que vous constatez des signes évocateurs, comme la fameuse plaque rouge. En effet, plus la maladie de Lyme est diagnostiquée tôt, meilleures sont les chances de récupérer totalement.

Le traitement de fond repose systématiquement sur une antibiothérapie. Dans la forme locale précoce, la réponse est généralement excellente, avec une disparition totale de l’érythème sous 1 à 4 semaines.

Les formes disséminées peuvent nécessiter une prise en charge pluridisciplinaire (ophtalmologie, neurologie, cardiologie, etc.) avec prescription d’adjuvants thérapeutiques selon les cas – comme des corticoïdes pour les atteintes oculaires, par exemple.

Dans les formes avancées, une rééducation motrice ou cognitive, une prise en charge de la douleur ou un soutien psychologique peuvent compléter le parcours de soin.

Compléments alimentaires à prendre en cas de borréliose de Lyme

Listons maintenant les compléments utiles en cas de maladie de Lyme.

La borréliose de Lyme est une pathologie éprouvante, tout particulièrement lorsqu’elle s’installe durablement. Dans ce contexte, les compléments alimentaires n’ont pas vocation à se substituer aux traitements conventionnels.

En revanche, ils participent à soutenir et à restaurer un terrain malmené par la maladie, et parfois fragilisé de longue date par des agressions extérieures multiples telles qu’une alimentation déséquilibrée, le stress ou la pollution.

Les approches holistiques, comme la naturopathie, admettent aujourd’hui que tous ces facteurs influent sur la chronicité de la maladie.

Probiotiques

En neutralisant les bactéries pathogènes, les antibiotiques détruisent aussi les « bonnes bactéries ». Conséquence, la flore intestinale se déséquilibre, ce qui se traduit généralement par des ballonnements ou des troubles du transit.

Parfois, on assiste également à la prolifération anarchique de certaines levures, comme Candida albicans, qui complique encore la prise en charge thérapeutique.

Il est donc vivement recommandé d’enrichir son alimentation en probiotiques. Ces micro-organismes vivants viennent repeupler le microbiote avec des souches bénéfiques pour concurrencer les bactéries délétères et rétablir le bon ratio.

Dans votre assiette, faites la part belle aux aliments lactofermentés, comme le kombucha, le kéfir, la choucroute ou le yaourt.

En renfort, pensez également aux compléments microbiotiques (Probio Forte) , plus spécifiquement à ceux renfermant des lactobacilles ou des bifidobactéries.

Oméga-3

La maladie de Lyme fait également le lit d’une inflammation chronique, qui peut toucher comme nous l’avons vu différentes régions du corps, comme le cerveau ou les articulations.

Du côté des acides gras (2), réservez une place de choix aux oméga-3 , surtout les précieux EPA et DHA que l’on retrouve quasi-exclusivement dans les produits de la mer. Pour rappel, nous sommes incapables de les synthétiser.

Curcuma

Grâce à sa richesse en curcumine, le curcuma dispose de propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes remarquables.

En soutenant également la fonction hépatique, il limite la surcharge toxique provoquée par la circulation des déchets bactériens et médicamenteux.

NAC

La N-acétylcystéine, ou NAC, facilite aussi le travail d'épuration du corps.

Ce dérivé de l’acide aminé L-cystéine agit comme précurseur du glutathion, l’une des substances défensives les plus actives de nos cellules.

Non présent à l’état naturel dans les aliments, il se trouve uniquement sous forme synthétique.

Vitamine D

La maladie de Lyme induit un état de stress physique et émotionnel, qui pousse l’organisme à puiser dans ses réserves en vitamines et minéraux. Deux de ces substances sont à surveiller tout particulièrement.

La première, c’est la vitamine D (Vitamin D3 ). Synthétisée essentiellement par exposition de la peau au soleil, elle fait l’objet de carences fréquentes à travers le monde.

Elle joue pourtant un rôle central dans le maintien d’une fonction immunitaire normale.

Certaines études suggèrent que la bactérie responsable de la maladie de Lyme réduit l’expression des récepteurs de la vitamine D sur les cellules immunitaires, nous rendant moins armés pour combattre la maladie.

Magnésium

La deuxième, c’est le magnésium. Par son évolution au long cours, cette pathologie crée un contexte particulièrement anxiogène chez les patients. Elle peut ainsi donner lieu à un stress chronique, qui épuise prématurément les stocks de magnésium (3).

Par ailleurs, un manque de magnésium peut renforcer les symptômes propres à la maladie de Lyme, comme l’asthénie, les troubles du sommeil ou la faiblesse musculaire.

Au menu, misez sur les fruits oléagineux comme les amandes, le chocolat noir ou le riz complet.

Du côté des compléments, je vous suggère de vous tourner vers le thréonate de magnésium si vous rencontrez des difficultés à vous concentrer, car c’est la seule forme capable de franchir la barrière hémato-encéphalique pour atteindre le cerveau.

Pour le fonctionnement optimal des muscles ou pour la réduction de la fatigue, je vous conseille le malate de magnésium, qui exerce une action plus systémique.

Sulforaphane

En dernier lieu, je vous invite à miser sur les sulforaphanes. Ces composés phytochimiques sont naturellement sécrétés par notre corps lorsque nous consommons des crucifères, comme le brocoli ou le chou frisé.

Plusieurs études indiquent que les sulforaphanes possèdent une affinité particulière avec le tissu cérébral. Certains nutritionnistes les préconisent ainsi pour atténuer le brouillard mental, souvent retrouvé dans les formes chroniques de la maladie de Lyme.

Leur action détoxiquante est également à souligner.

Veillez à consulter un médecin pour voir si les compléments conseillés peuvent ou non correspondre à votre traitement et à vos besoins.

Merci d’avoir regardé la vidéo ! Si vous avez apprécié, n’oubliez pas de laisser un like ou un commentaire, et de vous abonner à la chaîne.

À tout bientôt !

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. Rayment C, O'Flynn N. Diagnosis and management of patients with Lyme disease: NICE guideline. Br J Gen Pract. 2018 Nov;68(676):546-547. doi: 10.3399/bjgp18X699713. PMID: 30361320; PMCID: PMC6193774.
  2. Fitzgerald BL, Molins CR, Islam MN, Graham B, Hove PR, Wormser GP, Hu L, Ashton LV, Belisle JT. Host Metabolic Response in Early Lyme Disease. J Proteome Res. 2020 Feb 7;19(2):610-623. doi: 10.1021/acs.jproteome.9b00470. Epub 2020 Jan 9. PMID: 31821002; PMCID: PMC7262776.
  3. Cristea V, Crişan M. Lyme disease with magnesium deficiency. Magnes Res. 2003 Dec;16(4):287-9. PMID: 14979639.

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 années d'expérience
Satisfait
ou remboursé
Envoi rapide
Consultation Offerte