0
fr
US
WSM
226459530
Votre panier est vide.
Menu

En stock

Candalb

Complément alimentaire probiotique en cas d'invasion de Candida albicans

Le traitement 100 % naturel pour éradiquer la levure Candida albicans

  • Contient 4 souches de probiotiques sélectionnées pour restaurer l’équilibre du microbiote et freiner le développement des pathogènes.
  • Contient de l’acide caprylique, un acide gras à chaîne moyenne (MCT) totalement naturel capable de désagréger les parois cellulaires de la levure Candida albicans.
  • Contient des fibres prébiotiques arabinogalactanes extraites naturellement du mélèze.
  • Enrichi en inuline pour maximiser la survie des probiotiques jusqu’à l’intestin.
  • Conditionné sous forme de gélules DR caps™ (disponible temporairement sous forme de gélules végétales).

Achat immédiat

60 DR Caps™

44.00 €

Auto-Livraison

60 DR Caps™

44.00 €

40.48 €

Je voudrais

chaque

Candalb

Sans gluten
Sans nanoparticules
Végétarien
Sans excipients controversés
Sans lactose
Sans édulcorant

Candalb est un complément alimentaire destiné à soutenir naturellement la lutte contre la croissance anormale des levures Candida albicans et Candida glabrata, en complément de traitements médicamenteux. Grâce à sa richesse en acide caprylique, en probiotiques spécifiques, en prébiotiques et en serrapeptase, elle contribue à rétablir l’équilibre intérieur.

Qu’est-ce qu’une infection à Candida ?

Les levures du genre Candida sont des organismes naturellement présents dans le tractus digestif, la cavité orale et l’appareil génital. En temps normal, elles ne sont pas pathogènes, car l’équilibre entre les différents micro-organismes du microbiote limitent leur expansion (1). Néanmoins, en cas de déséquilibre, elles peuvent devenir de redoutables agents pathogènes, capables d’infiltrer les différents tissus et organes du corps humain (2). On dit qu’elles sont « opportunistes ». Les levures Candida albicans et Candida glabrata sont les micro-organismes opportunistes les plus communément rencontrés chez l’homme (3).

Principalement due à Candida albicans, la candidose vulvovaginale est l’une des infections gynécologiques les plus fréquentes : on estime qu’elle touche plus d’une femme sur deux (4). Ces infections surviennent généralement dans la seconde partie du cycle menstruel chez la femme en période d’activité génitale.

Le développement d’une candidose se déroule classiquement en deux phases :

  1. La colonisation, généralement limitée par l’effet protecteur de la salive et celui du mucus (5). Les levures se multiplient anormalement, parviennent à se fixer massivement sur une surface plane (généralement la muqueuse) jusqu’à ce qu’ils forment un biofilm, sorte de barrière formée d’un amas très structuré de cellules et de protéines diverses. Ce biofilm les rend moins accessibles aux antifongiques naturels et leur permet de survivre dans un environnement d’ordinaire hostile pour eux (6). Dans ce biofilm, les cellules évoluent et deviennent plus complexes : certaines prennent une forme filamenteuse, d’autres une forme cylindrique ou ellipsoïdale. Ces cellules s’articulent entre elles, formant une structure très dense en trois dimensions. C’est un véritable réservoir à germes, difficile à neutraliser par le système immunitaire comme par les médicaments (7).
  2. L’invasion de la muqueuse, facilitée par un déficit de l’immunité cellulaire (8). La formation du biofilm s’accompagne de deux phénomènes invasifs : au sommet de la structure, des cellules se dispersent pour former de nouveaux biofilms ailleurs dans l’organisme, tandis que les cellules filamenteuses pénètrent dans les différentes couches des cellules épithéliales qui forment les muqueuses (9). Si rien ne les arrête, ces dernières peuvent atteindre différentes zones de l’organisme par le biais de la circulation sanguine.

De quoi se compose Candalb, la solution complémentaire contre Candida ?

Le complément alimentaire Candalb a été conçu suivant les dernières recherches scientifiques. Il contient notamment :

Un mélange spécifique de probiotiques (Lactobacillus acidophilus La-5, Bifidobacterium lactis, Lactobacillus rhamnosus, et Latobacillus plantarum). Plusieurs études cliniques ont mis en évidence l’activité antifongique puissante des souches de lactobacilles contre les biofilms de Candida albicans (9). L’une d’entre elles a démontré la capacité de Lactobacillus rhamnosus à interférer avec la croissance, la morphogénèse (étape au cours de laquelle les cellules deviennent filamenteuses) et l’adhésion à la muqueuse des levures du genre Candida. De façon générale, les probiotiques pourraient également contribuer à rééquilibrer le microbiote intestinal et le microbiote vaginal (10).

L’acide caprylique est un acide gras à chaîne moyenne (MCT) largement utilisé pour freiner la prolifération de Candida albicans. Il est notamment recommandé dans le livre Vaincre la candidose de Léon Chaitow et Simon Martin. On le trouve notamment dans le lait maternel des mammifères, dans certaines huiles végétales, comme l’huile de coco et dans certaines graines (11). Plusieurs études in vitro (12-14) ont montré l’activité anti-candida de l’acide caprylique. Cette molécule contribuerait notamment à freiner l’expansion du biofilm créé par les levures ainsi que la croissance filamenteuse en modulant l’expression de certains gènes.

Un extrait de Mélèze d’Amérique (Larix occidentalis) normalisé à 85 % d’arabinogalactanes. Il s’agit de fibres solubles réputées pour soutenir le système digestif tout en contribuant à la réponse immunitaire.

De la serrapeptase (5 mg soit 10 000 UI), une enzyme protéolytique qui aide à diminuer les toxines et à dissoudre les cellules mortes responsables de l’inflammation (15). Il n’est pas conseillé de la combiner avec des remèdes naturels anticoagulants comme le curcuma, l’ail ou les compléments d’oméga-3.

Non content d’avoir choisi la lyophilisation pour concevoir ses compléments de probiotiques, SuperSmart a également pensé à ajouter un ingrédient naturel protecteur : l’inuline. Extrait naturellement de la racine de chicorée, ce glucide indigestible sert également à stimuler la croissance des probiotiques, une fois dans le tractus oro-intestinal (16).

De quoi se compose Candalb

Lactobacillus acidophilus
Probiotique
Inuline
Fibre
Sodium caprylate
Additif
Arabinogalactanes
Fibre
Extrait de mélèze Larix occidentalis
Plante
Bifidobacterium lactis
Probiotique

Des questions ? Des interrogations ?

Quels sont les symptômes d’une candidose ?

Les symptômes d’une candidose dépendent de l’emplacement de la colonisation. Lorsque celle-ci a lieu dans la cavité orale ou dans l’œsophage, on note principalement :

  • du muguet sur la langue, le palais et les gencives (lésions blanc-jaunâtre, fermes ou confluentes, adhérentes aux muqueuses) ;
  • des rougeurs congestives au niveau de la langue et de l’œsophage.

Lorsque la colonisation se situe au niveau génital :

  • des brûlures intenses au niveau de la vulve ;
  • des sensations de démangeaisons ;
  • des écoulements blanchâtres ;
  • des rougeurs au niveau du gland, débutant le plus souvent au niveau du frein et/ou du sillon balano-préputial.

Dans la plupart des cas, cette candidose évolue favorablement, mais les récidives sont fréquentes. Il arrive que le champignon traverse les muqueuses, se répandant alors temporairement dans tout l’organisme. Il y secrète des molécules pathogènes (79 toxines connues) susceptibles d’affaiblir davantage le système immunitaire et d’entraîner des symptômes variés (grande fatigue, troubles digestifs et intestinaux à répétition, problèmes de sommeil, douleurs d’estomac…).

Quelles sont les personnes à risque de candidose ?
  • Toutes les personnes suspectant un déficit de leur système immunitaire.
  • Les personnes souffrant de carences (en particulier en vitamine A, vitamines B, vitamine C, zinc et fer).
  • Les personnes ayant une suralimentation en glucides.
  • Les personnes souffrant de diabète, en particulier ceux dont le diabète est non contrôlé (17-18). L’hyperglycémie chronique est associée en effet à un dysfonctionnement de certaines cellules de l’immunité – les granulocytes – et par conséquent, à une diminution de l’immunité cellulaire.
  • Les personnes ayant reçu des traitements antibiotiques ou certains médicaments perturbant l’équilibre du microbiote. Les antibiotiques perturbent la flore et contribuent à une colonisation des muqueuses par Candida albicans.
  • Les personnes avec des antécédents de chirurgie gastrique.
  • Les personnes souffrant de stress (physique et/ou émotionnel), de carences (zinc, cuivre, fer, manganèse, etc.) et de manques d’activité physique.
  • Les personnes âgées de plus de 65 ans (19-21), notamment du fait d’une diminution de l’efficacité du système immunitaire et du fait du port fréquent de prothèses dentaires.
  • Les personnes souffrant d’hyposialie, c’est-à-dire ayant une production de salive plus faible que la normale.

Doit-on conserver Candalb Forte au réfrigérateur ?

Il est recommandé de maintenir le produit dans des conditions de basse température et de faible humidité pour maintenir le plus grand nombre de bactéries probiotiques « viables ».

Néanmoins, une conservation à température ambiante n’entraîne qu’une très légère diminution des bactéries viables, dès lors qu’elle n’excède pas quelques semaines. Ceci a été rendu possible grâce à l’ajout d’ingrédients naturels – l’inuline – permettant spécifiquement d’augmenter la survie des probiotiques à des températures inadéquates.

Comment doit-on prendre Candalb ?

Prendre deux gélules au cours d'un des principaux repas, à l'aide d'un grand verre d'eau, pendant un mois. À renouveler si nécessaire.

La bonne stratégie pour combattre cette levure persistante consiste à la fois à agir sur elle-même par des traitements adaptés, mais aussi à restaurer les capacités de régulation du corps. Voici quelques conseils bien documentés pour mettre toutes les chances de votre côté :

  1. évitez la consommation d’aliments riches en sucres et ceux contenant des levures alimentaires (Candida albicans est un champignon avide de sucres) ;
  2. osez l’infusion d’écorce interne de lapacho, traditionnellement utilisée contre les infections à levure (candidoses) ;
  3. intéressez-vous aux huiles essentielles, en particulier les huiles d’origan, de clou de girofle et de cannelle, très pertinentes si l’on en croit l’ouvrage du Dr Eric Lorrain, En finir avec la candidose.

Avis

La note de ce produit est de 4.7 sur 5 étoiles.
Nous avons récolté 9 avis.

78%

11%

11%

0%

0%

Excellent 9 Avis
Serre

22 février 2024

Transit redevenu normal, plutôt abondant; signe probable d'élimination performante des déchets dus aux candidas albicans.

Alain Depireux

20 décembre 2023

rempli absolument le descriptif Merci

Alain Depireux

2 décembre 2023

Fidèle à l'évolution positive d'une bactérie

Loume Ange

22 août 2023

Juste parfait

Le Moullec Claudie

12 mai 2023

j'emploi candalb pour des problèmes de mycose buccale, et cela me convient parfaitement, j'ai un net soulagement depuis la prise.

Besoin d'aide ?

Téléphone

Appel gratuit* au
0800 _666 742
de 8h30 à 19h00 du lundi au vendredi
(*France Métropolitaine uniquement, +352 283 831 29 depuis les autres pays)

Questions fréquentes

Trouver les réponses aux questions les plus courantes

Formulaire de contact

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question sur le site et souhaitez nous contacter directement ?
Nous écrire
Paiement sécurisé
32 années d'expérience
Satisfait
ou remboursé
Envoi rapide
Consultation Offerte