0
fr
US
WSM
232757227
Votre panier est vide.
Menu

Quels probiotiques en cas de constipation ?

De nombreuses études mettent en avant les bienfaits des probiotiques pour aider à prévenir ou à réduire la constipation. Mais quels probiotiques choisir exactement ?

Probiotiques anti-constipation

Constipation et déséquilibre du microbiote intestinal : un cercle vicieux ?

Quand le microbiote entre en dysbiose

Analysé à la loupe par les scientifiques depuis plusieurs années pour son impact sur la santé générale et de nombreuses pathologies, le microbiote intestinal est un organe fondamental pour l’organisme.

Composé de trillions de bactéries, unique et propre à chaque individu, à l’image des empreintes digitales, le microbiote se forme très tôt dans le développement, dès les premiers mois après la naissance, afin d’atteindre un équilibre symbiotique (1).

Les problèmes surviennent lorsque cet équilibre de la flore intestinale est perdu, c’est-à-dire lorsque certaines bactéries viennent à manquer ou au contraire que d’autres prolifèrent. On parle alors de dysbiose si les altérations du microbiote sont à l’origine de maladies digestives et extradigestives.

Définition de la constipation

La constipation, de son côté, est un trouble gastro-intestinal caractérisé par des difficultés à évacuer les selles, des selles moins fréquentes ou encore une sensation d'évacuation incomplète. Elle peut être due à un manque de fibres, d’eau, d’activité physique, etc.

Elle est souvent associée à une augmentation de la production de gaz ou à une sensation de ballonnement, notamment causées par une hausse de la fermentation bactérienne.

Pour être caractérisée comme « chronique », la constipation doit généralement s’étaler sur plusieurs mois.

Dysbiose et constipation chronique pourraient bien s’influencer mutuellement

Sans surprise, les études ont montré que les personnes souffrant de constipation chronique présentent souvent une dysbiose, c’est-à-dire un microbiote intestinal perturbé (2). Mais difficile de savoir lequel des deux est à l’origine de l’autre !

Les connaissances scientifiques actuelles laissent suggérer que les deux phénomènes s’influencent mutuellement, créant un cycle où :

  • la dysbiose aggrave la constipation (le déséquilibre du microbiote affecte la motilité intestinale ou encore l’absorption des nutriments) ;
  • et la constipation aggrave la dysbiose (la constipation ralentit le transit intestinal, ce qui peut altérer l’environnement intestinal et la composition de son microbiote).

Probiotiques et microbiote

Selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on désigne par le terme de probiotiques des compléments alimentaires composés de « micro-organismes vivants qui confèrent un bénéfice pour la santé lorsqu’ils sont consommés en quantités adéquates » (3).

De fait, les probiotiques sont constitués des mêmes bactéries que celles présentes dans le microbiote. Ils sont utilisés pour contribuer à l’équilibre du microbiote intestinal (4).

C’est pour cette raison que de nombreuses études visent à évaluer l’efficacité des probiotiques, et en particulier de certaines souches, dans le traitement de la constipation chronique.

Quels probiotiques contre la constipation et les ballonnements ?

Un fort intérêt pour Bifidobacterium longum

Une méta-analyse de 2017, portant sur 9 essais randomisés contrôlés par placebo, suggère que l'administration de probiotiques soulage de manière significative la constipation et les ballonnements chez les personnes âgées (pour 10 à 40 % des cas par rapport aux témoins placebo chez lesquels aucun probiotique n'a été administré).

L’espèce bactérienne la plus couramment testée était Bifidobacterium longum (que l’on retrouve en complément solo avec Bifidobacterium longum mais également en synergie avec d’autres bactéries dans la formule probiotique Colon Friendly) (5).

Les bienfaits potentiels de Bifidobacterium lactis contre la constipation

Une autre méta-analyse de 2010, portant sur 5 essais randomisés contrôlés par placebo et près de 400 patients, met en valeur d’autres espèces de probiotiques (6) :

  • pour la constipation chez l'adulte, les données suggèrent un effet favorable d’une cure de Bifidobacterium lactis, Lactobacillus casei Shirota et Escherichia coliNissle 1917 sur la fréquence des défécations et la consistance des selles. Vous pouvez retrouver Bifidobacterium lactis en synergie avec d’autres espèces de « bonnes bactéries » dans certaines formules probiotiques (par exemple Probio Forte) ;
  • pour la constipation chez les enfants, casei rhamnosus a montré un effet bénéfique.

Quelques précisions concernant l’étude des probiotiques « anti-constipation »

Il convient toutefois d’être prudent lors de l’interprétation de ces rapports en raison de l’hétérogénéité des études, des populations et du risque de biais. Par conséquent, tous les chercheurs avancent que d’autres essais contrôlés par placebo sont nécessaires pour déterminer les souches, les doses et la durée optimale de la prise. En définitive, la plupart des études s’accordent toutefois sur les bienfaits potentiels des probiotiques contre la constipation.

Les probiotiques face au côlon irritable, qui peut cumuler constipation et de diarrhées

Rappels sur le syndrome de l’intestin irritable (SII)

Mentionnons aussi le syndrome de l’intestin ou du côlon irritable, qui peut provoquer de la constipation, des diarrhées ou une association de ces deux troubles digestifs. Ce syndrome (qui semble devenir plus prévalent au fil du temps, en particulier dans le monde occidental) intéresse fortement la médecine depuis plusieurs années.

Un avantage pour les probiotiques multi-souches

Une méta-analyse de 2015, portant sur 15 tests cliniques et près de 1 800 patients, suggère des effets bénéfiques des probiotiques sur cette pathologie. L’étude conclut en effet que les probiotiques réduisent les douleurs et la sévérité des symptômes du syndrome du côlon irritable, par rapport à un placebo (7).

Une autre méta-analyse conclut de son côté que ce sont en particulier les probiotiques multi-souches à haute concentration (tels que Full Spectrum Probiotic Formula, qui contient 20 souches ultra-dosées à 36 milliards de CFU par jour) qui, en modulant le microbiote intestinal, pourraient être efficaces en cas de SII (8).

Levure Saccharomyces boulardii et SII

Une méta-analyse de 2010 portant sur 31 essais randomisés contrôlés par placebo et plus de 5 000 patients estime que la levure Saccharomyces boulardii présenterait une efficacité thérapeutique potentielle dans la prévention des diarrhées induites par les antibiotiques mais aussi un fort potentiel pour le traitement du SII en général (et donc des symptômes associés, parmi lesquels la constipation) (9).

Ce probiotique est également disponible sous forme de complément alimentaire (cf. Saccharomyces Boulardii).

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. CARDING, Simon, VERBEKE, Kristin, VIPOND, Daniel T., et al. Dysbiosis of the gut microbiota in disease. Microbial ecology in health and disease, 2015, vol. 26, no 1, p. 26191.
  2. OHKUSA, Toshifumi, KOIDO, Shigeo, NISHIKAWA, Yuriko, et al. Gut microbiota and chronic constipation: a review and update. Frontiers in medicine, 2019, vol. 6, p. 19.
  3. MORELLI, Lorenzo et CAPURSO, Lucio. FAO/WHO guidelines on probiotics: 10 years later. Journal of clinical gastroenterology, 2012, vol. 46, p. S1-S2.
  4. BUTEL, M.-J. Probiotics, gut microbiota and health. Médecine et maladies infectieuses, 2014, vol. 44, no 1, p. 1-8.
  5. MARTÍNEZ-MARTÍNEZ, Maria Isabel, CALABUIG-TOLSÁ, Raquel, et CAULI, Omar. The effect of probiotics as a treatment for constipation in elderly people: a systematic review. Archives of Gerontology and Geriatrics, 2017, vol. 71, p. 142-149.
  6. CHMIELEWSKA, Anna et SZAJEWSKA, Hania. Systematic review of randomised controlled trials: probiotics for functional constipation. World journal of gastroenterology: WJG, 2010, vol. 16, no 1, p. 69.
  7. DIDARI, Tina, MOZAFFARI, Shilan, NIKFAR, Shekoufeh, et al. Effectiveness of probiotics in irritable bowel syndrome: Updated systematic review with meta-analysis. World journal of gastroenterology: WJG, 2015, vol. 21, no 10, p. 3072.
  8. BRANDT, Lawrence J., CHEY, William D., FOXX-ORENSTEIN, Amy E., et al. American college of gastroenterology task force on irritable bowel syndrome. Am J Gastroenterol, 2009, vol. 104, no Suppl 1, p. S1-S35.
  9. MCFARLAND, Lynne V. Systematic review and meta-analysis of Saccharomyces boulardii in adult patients. World journal of gastroenterology: WJG, 2010, vol. 16, no 18, p. 2202.

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis

Paiement sécurisé
32 années d'expérience
Satisfait
ou remboursé
Envoi rapide
Consultation Offerte