0
fr
US
WSM
228147727
Votre panier est vide.
Menu

Modifier le microbiote pour soigner l’autisme ?

Des chercheurs ont transféré le microbiote d’enfants non autistes à 18 enfants autistes. Quels sont les résultats ? Que nous disent-ils sur l’axe intestin-cerveau ?

Enfant autiste

Rappel : qu’est-ce que l’autisme ?

Rappelons rapidement que l’autisme est un trouble du neuro-développement : la communication, les interactions sociales, les capacités intellectuelles et le comportement peuvent ainsi en être affectés (avec, selon le cas, l’apparition d’émotions soudaines, de mouvements répétitifs, une crainte du changement...)

On estime qu’une personne sur 160 dans le monde présente un trouble du spectre autistique.

Une étude suggère de réduire les symptômes de l’autisme par un transfert de microbiote

Pour commencer, on savait déjà qu’environ 3/4 des sujets autistes présentent au moins un symptôme digestif (diarrhée, ballonnement, régurgitations, constipation…) (1). Cela montre une première corrélation entre autisme et troubles intestinaux.

Mais penchons-nous plus précisément sur le microbiote intestinal (l’ensemble des micro-organismes qui colonisent le tube digestif) des personnes autistes.

Dans un essai réalisé aux États-Unis et publié en 2019, les chercheurs de l'Arizona State University ont transféré des microbiotes d’enfants normotypiques (ce qui signifie en l’occurrence « non autistes ») à 18 enfants autistes (2). Les résultats sont surprenants et prometteurs : ce transfert a en effet entraîné une réduction significative des symptômes gastro-intestinaux et des symptômes autistiques chez les 18 jeunes sujets.

Le traitement a plus précisément réduit la gravité des symptômes gastro-intestinaux d'environ 80 % et les symptômes du trouble du spectre autistique d'environ 24 % en fin d’expérience (3). Cette amélioration se poursuit même deux années après l’essai chez les 18 enfants, avec 59 % de réduction des troubles intestinaux et jusqu’à 47 %, cette fois, de réduction des symptômes autistiques.

De plus, 13 enfants présentaient des troubles autistiques sévères en début d’étude, contre seulement 3 enfants en fin d’étude. Enfin, 8 enfants sont complètement sortis du spectre autistique suite à ce traitement.

Pour autant, mentionnons que les transplantations de microbiote fécal ne sont pas sans risque (infections, transfert de bactéries résistantes aux antibiotiques…)

Influence du microbiote sur le développement neurologique

Allons plus loin : on sait que la colonisation bactérienne de l’intestin débute lors du développement prénatal. La composition de ce premier microbiote pourrait avoir un effet tantôt bénéfique, tantôt néfaste, sur le développement du fœtus. Une mauvaise alimentation, une infection microbienne ou un stress métabolique altéreraient la flore intestinale et influenceraient ainsi le développement neurologique du fœtus, ce qui entraînerait des modifications du comportement tout au long de la vie.

Une étude menée par l’institut de technologie en Californie a d’ailleurs montré que la création d’une infection virale chez des souris enceintes provoquait la naissance de petits moins sociables et plus anxieux que les autres souriceaux. Ces souris semblaient manquer de l’espèce Bacteroides fragilis. Une fois nourris avec la bactérie en question, les souriceaux autistes ont vu leurs troubles digestifs et sociaux diminuer (4).

L’intestin contient ses propres neurones

Toutes ces études et considérations nous rappellent, de façon plus générale, le lien crucial entre intestin et cerveau.

Plusieurs études avaient déjà porté sur cet axe intestin-cerveau. Certains chercheurs étaient par exemple déjà parvenus à changer le comportement de deux souris en interchangeant leur microbiote. Une fois leur microbiote interverti, les souris curieuses et intrépides devenaient timides et peureuses, et inversement (5).

L’intestin humain, de son côté, contient tout de même 200 à 500 millions de neurones. C’est un véritable système nerveux à part entière : le système nerveux entérique. Si cela représente beaucoup moins de neurones que le cerveau humain (qui en compte 90 milliards), 200 millions de neurones équivalent au cerveau d’un chat ou d’un petit chien. C’est pourquoi on désigne souvent l’intestin, désormais, comme un « deuxième cerveau ».

Comment ces 200 millions de neurones communiquent-elles avec les neurones du cerveau ? Par deux moyens : les informations électriques passent par les nerfs et les informations chimiques par le sang. 

Par exemple, 95 % de la sérotonine (un neurotransmetteur qui régule certains comportements comme l’humeur ou l’émotivité), est directement produite dans l'intestin.

Des études ont d’ailleurs montré un déséquilibre dans la composition du microbiote intestinal (un excès de « mauvaises bactéries » par rapport aux « bonnes bactéries ») chez les rongeurs présentant un comportement dépressif (6). Il en est de même chez les humains : une étude menée sur 37 individus souffrant de dépression a notamment constaté une sous-représentation des Bacteroidetes et une surreprésentation du genre Alistipes dans l’intestin des patients déprimés (7).

Probiotiques : rééquilibrer le microbiote intestinal pour améliorer l’humeur et le comportement 

Les probiotiques sont, comme les définit l’OMS, « des micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels ». Ils sont désormais largement utilisés pour aider à restaurer l’équilibre du microbiote intestinal.

Certaines souches sont particulièrement étudiées pour leurs effets positifs sur le cerveau, et donc sur le comportement, l’humeur, les émotions... Une méta-analyse publiée en 2016, qui recense 25 études animales et 15 essais cliniques humains (8), a notamment mis en avant certains microorganismes :

  • Bifidobacterius longum (qui réduirait les symptômes dépressifs) ;
  • Lactobacillus plantarum (aux potentielles capacités neuroprotectrices) ;
  • Lactobacillus casei (qui augmenterait les concentrations en tryptophane et en sérotonine, provoquant une amélioration sensible de l’humeur chez les personnes sujettes à la dépression) ;
  • Lactobacillus brevi (qui agirait contre l’anxiété) ;
  • Lactobacillus salivarius (qui serait la plus active de toutes).

On retrouve ces microorganismes associés dans des probiotiques multi-souches à prendre en cas de troubles de l’humeur, de coups de blues ou encore de démotivation (comme Lactoxira).

Le conseil SuperSmart

Références scientifiques

  1. Horvath K, Perman JA. Autism and gastrointestinal symptoms. Curr Gastroenterol Rep. 2002 Jun;4(3):251-8. doi: 10.1007/s11894-002-0071-6. PMID: 12010627.
  2. https://news.asu.edu/20221214-discoveries-study-finds-microbiota-transfer-therapy-provides-longterm-improvement-gut
  3. https://microbiome-foundation.org/la-recherche/projet-autisme-et-microbiote/
  4. https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/biologie-autisme-transfert-microbiote-intestinal-montre-son-efficacite-50780/
  5. https://www.europe1.fr/sante/les-bacteries-de-notre-intestin-impactent-elles-notre-sante-mentale-2987042
  6. Dinan TG, Cryan F. Melancholic microbes: a link between gut microbiota and depression ? Neurogastroenterol Motil.2013;25(9): 713–9.
  7. Jiang H, Ling Z, Zhang Y, et al. Altered fecal microbiota composition in patients with major depressive disorder. Brain Behav Immun. 2015 Apr 13. pii: S0889-1591(15)00110-5. doi: 10.1016/j.bbi.2015.03.016.
  8. Wang, H., Lee, I. S., Braun, C., & Enck, P. (2016, October). Effect of probiotics on central nervous system functions in animals and humans: A systematic review. Journal of Neurogastroenterology and Motility, 22(4), 589–605. doi:10.5056/jnm16018

Partager

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.

1 commentaire

Francoise B.

25/04/2023

Ce n'est pas un trouble mais une différence dans le "cablage" du système nerveux. C'est génétique tout autant que dépendant de l'environnement. Donc les troubles sont surajoutés. Une partie des troubles sont dus au comportement intolérants et non adaptés des non autistes. Les troubles se rajoutent sur une base très peu visible. L'autisme n'est pase en augmentation mais les symptômes le rendant visible sont en augmentation, autant qu'augmentent les problèmes traumatiques en général. Tant qu'on ne connaîtra pas tous comment fonctionne notre système nerveux, on ne pourra pas nous respecter les uns les autres !

Paiement sécurisé
32 années d'expérience
Satisfait
ou remboursé
Envoi rapide
Consultation Offerte