0
fr
US
WSM
232961350
Votre panier est vide.
Menu

En stock

Willow Bark Extract

Complément alimentaire d'écorce de saule blanc fortifiante & apaisante

L’aspirine « végétale » à base d'écorce de saule blanc pour soulager les douleurs et éloigner les accidents cardiovasculaires
  • Contribue à soulager durablement les douleurs chroniques et les maux de tête sans provoquer d’effets secondaires.
  • Normalisé à 15 % de salicyline, mais contenant de nombreux autres anti-inflammatoires naturels synergiques : flavonoïdes, polyphénols, flavanones, proanthocyanidines…
  • Fabriqué exclusivement à partir de l’écorce de saule blanc.
  • Réduit le risque d’accident cardiovasculaire (anticoagulant sanguin naturel).
  • Contribue à la santé générale, au renforcement et à la stimulation de l’organisme.
  • Indispensable à la palette de compléments des personnes de plus de 45 ans.

Achat immédiat

60 Gél. Vég.

20.00 €

Auto-Livraison

60 Gél. Vég.

20.00 €

18.40 €

Je voudrais

chaque

Willow Bark Extract

Vegan
Sans gluten
Sans nanoparticules
Sans excipients controversés
Sans lactose
Sans édulcorant

Willow Bark Extract est un complément alimentaire analgésique et cardioprotecteur d’écorce de saule blanc. C’est une alternative végétale plus douce, plus durable et plus sûre à l’aspirine médicamenteuse. Depuis quelques mois, il fait l’objet d’un engouement spectaculaire du fait de sa puissance synergique cliniquement prouvée, de sa richesse naturelle en salicine, et de ses effets durables sur les douleurs chroniques et la circulation sanguine.

Comment expliquer l’engouement populaire fulgurant pour l’extrait de saule blanc ?

L’usage médicinal de l’écorce de saule a traversé les siècles et les civilisations. De la Chine impériale à l’Amérique des Premières Nations, en passant par la Grèce Antique et l’Europe du Moyen Âge, les peuples ont découvert et abondamment utilisé l’écorce de saule pour diminuer leurs douleurs et calmer leurs fièvres (1).

En 1828, Pierre-Joseph Leroux, un pharmacien français, pense avoir identifié la substance active à l’origine de ces effets : la salicine. On découvre rapidement que cette substance est transformée par l’organisme en acide salicylique, un composé aux propriétés analgésiques et fébrifuges indéniables. S’ensuit alors une course effrénée des laboratoires pour réussir à synthétiser cette molécule. C’est un chimiste allemand travaillant pour le groupe Bayer qui la remporte en 1897 en fabriquant, pour la première fois, un dérivé de l’acide salicylique (acétylsalicylique) sans avoir recours à l’écorce de saule. Baptisé « Aspirine », le médicament va connaître un succès fulgurant, reléguant l’écorce de saule aux oubliettes… pendant près de 120 ans.

Mais depuis quelque temps, l’extrait de saule blanc connaît un renouveau aussi étonnant que spectaculaire. Comment l’expliquer ? En réalité, Pierre-Joseph Leroux a commis une erreur. La salicine est bien un composé actif de l’écorce de saule, mais il est loin d’être le seul ! On dénombre des dizaines d’autres molécules naturelles qui agissent en synergie et complètent l’effet de la salicine (2-3) : des proanthocyanidines (très métabolisées par notre flore intestinale), des flavanones anti-inflammatoires (naringénine, eriodictyiol) (4-5), des flavanonols (dihydroquercétine), des flavonols (catéchine) et des polyphénols (acides caféique, férulique, cinnamique, vanillique, hydroxybenzoïque et coumarique). Et c’est l’ensemble de ces composés naturels qui expliquent les effets anti-inflammatoires de l’extrait de saule blanc, mais aussi ses effets antioxydants, antiseptiques et stimulants du système immunitaire (6). Plusieurs études ont en effet montré que les taux plasmatiques de la salicine étaient trop faibles pour expliquer à eux-seuls les effets analgésiques de l’extrait (7-8).

En isolant un seul de ces composés naturels, et en le proposant sous une forme synthétique déjà métabolisée, le groupe Bayer a certes mis au point un médicament antidouleur efficace mais qui présente de sérieux effets secondaires pour l’organisme. Son mécanisme d’action unique impose des quantités massives d’acide salicylique qui peuvent nuire à long terme à l’organisme (en particulier sur les plans gastro-intestinal et hémorragique). Au contraire, l’efficacité de l’écorce de saule blanc repose sur des mécanismes d’action anti-inflammatoire variés et n’expose pas directement le tube digestif à l’acide acétylsalicylique. C’est ainsi qu’un extrait d’écorce de saule contient une dose potentielle d’acide salicylique 10 fois inférieure à celle des comprimés d’aspirine classiques, pour des effets comparables sur le plan physiologique.

Quels sont les bienfaits principaux de l’extrait d’écorce de saule ?

Willow Bark Extract présente à la fois des effets anti-inflammatoires, analgésiques et cardioprotecteurs. Il s’adresse principalement :

  • Aux personnes qui souffrent de douleurs aiguës ou chroniques (maux de tête, douleurs lombaires, douleurs arthrosiques, crampes menstruelles, états grippaux…).
    Les études scientifiques démontrent formellement l’efficacité du saule blanc pour soulager des douleurs chroniques et aiguës. Une synthèse publiée en 2007 a conclu à l’efficacité du saule blanc pour soulager les douleurs lombaires (13) pour des durées de supplémentation d’environ 4 semaines. Des travaux démontrent également l’efficacité de l’extrait de saule blanc pour soulager les douleurs associées à l’arthrose, en particulier l’arthrose du genou et celle de la hanche (14-15). Les auteurs précisent que les effets sont plus lents à se faire sentir que lors de la prise de médicaments anti-inflammatoires, mais qu’ils sont associés à nettement moins d’effets indésirables. En 2009, une équipe de chercheurs a démontré l’efficacité de l’extrait de saule blanc sur les douleurs musculaires en s’appuyant trois études cliniques majeures (16).
  • Aux personnes de plus de 50 ans pour diminuer le risque cardiovasculaire, lutter contre le stress oxydatif et améliorer la santé générale.
    L’aspirine à faible dose (on parle de « baby aspirine ») est préconisée depuis de nombreuses années en prévention des maladies cardiovasculaires et des accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les personnes de plus de 50 ans, en particulier celles qui cumulent les facteurs de risque. L’action de l’acide salicylique empêche la formation de caillots et réduit donc le risque de survenue d’un accident cardio-vasculaire. L’USPSTF, un groupe indépendant de chercheurs américains, l’a réaffirmé en 2016 : les bénéfices mesurés montrent que pour 10 000 hommes présentant un risque cardiovasculaire de 10 % sur 10 ans, l’aspirine évite 225 infarctus, 84 accidents vasculaires cérébraux et 139 cancers colorectaux. Soit plus de 300 années de vie gagnées. Depuis quelques années, cependant, certains chercheurs estiment que les effets bénéfiques de l’aspirine ne surpasseraient pas systématiquement ses effets secondaires néfastes (notamment le risque augmenté de saignements). Plus doux et plus complet, l’extrait d’écorce de saule apparaît donc comme l’alternative parfaite à l’aspirine pour les personnes qui souhaitent prévenir le risque cardiovasculaire sans courir d’autres risques.

Quelles différences existe-t-il entre l’extrait d’écorce de saule et l’aspirine médicamenteuse (acide acétylsalicylique) ?

On compte trois différences majeures entre l’extrait d’écorce de saule et l’aspirine médicamenteuse.

  1. Pour soulager les douleurs, l’écorce de saule agit moins rapidement que l’acide acétylsalicylique, mais son effet est plus durable dans le temps.
  2. L’extrait d’écorce de saule ne provoque pas les effets secondaires indésirables (irritation de la muqueuse de l’estomac et inhibition de la coagulation) de l’acide acétylsalicylique. La plante est métabolisée de manière très différente de son équivalent de synthèse (9). Cette particularité s’inscrit dans la thérapie multi-cibles, un nouveau concept thérapeutique qui s’attache à exercer des actions physiologiques au moyen d’une combinaison de cibles plutôt que par l’action d’une seule molécule très dosée. Les chercheurs ont remarqué que ce type de thérapie permettait de réduire, voire d’éliminer les effets secondaires, du fait d’un dosage individuel plus faible des composés actifs (10-12).
  3. L’extrait d’écorce de saule présente également des capacités antioxydantes, anti-infectieuses, immunostimulantes et tonifiantes.

Quels sont les mécanismes d’action de l’extrait de saule blanc ?

Le mécanisme d’action de la salicyline est longtemps demeuré un mystère. Ce n’est qu’en 1971 que John Vane et son équipe de la Wellcome Foundation démontrent qu’elle empêche l’action de certaines enzymes impliquées dans le métabolisme de l’acide arachidonique : les COX-1 et COX-2. Ces enzymes favorisent la première étape de la formation d’une famille d’eicosanoïdes, des molécules de signalisation impliquées dans les processus de l’inflammation.

En bloquant l’action des COX, la salicine diminue la production de nombreux médiateurs de l’inflammation, responsables des douleurs, des gonflements et des symptômes associés au processus inflammatoire. L’inhibition de l’enzyme COX-1 entraîne également une diminution des niveaux de thromboxane, un messager à effet vasoconstricteur qui engendre une augmentation de la pression artérielle. C’est ce mécanisme d’action qui explique l’utilisation de l’aspirine à faible dose pour diminuer le risque d’attaque cardiaque (17). Un certain nombre de travaux ont montré que l’acide salicylique interagissait également avec l’ARN et la coenzyme A, ouvrant une application possible dans le domaine de la cancérologie (18).

L’ensemble des autres composés présents dans l’extrait de saule disposent de mécanismes cellulaires complexes et complémentaires, notamment l’inhibition indirecte des cytokines pro-inflammatoires TNF-alpha et des interleukines-6, l’inhibition de la translocation de la protéine NF-kB (19), et l'inactivation de la transcription de certains gènes associés à l’inflammation.

De quoi se compose Willow Bark Extract

Salicyline
Composé organique

Des questions ? Des interrogations ?

Pourquoi le saule blanc contient-il des composés aussi utiles pour l’être humain ?

La salicine et les flavonoïdes que contient le saule blanc sont avant tout bénéfiques pour lui-même. Ils l’aident à mieux résister aux agents pathogènes et aux insectes qui se nourrissent de sa sève (le phloème). Plus surprenant : la salicine sert également à communiquer entre les différents saules. Lorsque l’arbre est attaqué par un virus, la salicine se transforme en salicylate de méthyle, un composé organique capable de se disperser dans l’air et de prévenir les autres plantes du danger qu’elles encourent. C’est une véritable substance-signal capable d’activer des gènes de défense dans les tissus des plantes voisines (20).

Par ailleurs, parce qu'elle contient des composés anti-inflammatoires susceptibles de soulager les douleurs des herbivores qui consomment ses feuilles, ses pousses et son écorce, la plante attire les animaux et augmente donc les moyens de dispersion de ses graines. Il s’agirait donc d’une stratégie évolutionnelle destinée à augmenter son expansion et sa survie.

Existe-t-il des contre-indications à la prise d’écorce de saule blanc ?

Contrairement à l’aspirine, les expériences cliniques montrent que les effets indésirables de l’écorce de saule sont négligeables (21). Les effets antiplaquettaires de l’écorce de saule semblent notamment beaucoup plus faibles. On suggère néanmoins aux personnes souffrant de gastrite, de troubles de la coagulation, d'hémophilie, de problèmes rénaux ou d’ulcères à l’estomac d’éviter l’extrait de saule avant d’avoir demandé l’avis d’un médecin.

Par ailleurs, les personnes allergiques ou hypersensibles à l’aspirine pourraient l’être également à l’écorce de saule.

Après ingestion orale, on estime qu’environ 80 % de la salicine est absorbée. Elle est ensuite métabolisée en saligénine par la flore intestinale, puis transformée par le foie en acide salicylique (22). C’est donc la salicine qui est en contact avec le tube digestif et non pas directement l’acide salicylique comme c’est le cas pour l’aspirine.

Comment prendre Willow Bark Extract ?

Il est recommandé de prendre de 1 à 2 gélules au moment des repas.
Pour les douleurs chroniques et la santé cardiovasculaire, une prise minimale de 4 à 6 semaines est recommandée pour en apprécier les effets les plus complets. Il est possible d'associer Willow Bark Extract aux compléments Triple Protect pour des effets renforcés sur la santé cardiovasculaire, Palmitoylethanolamide (PEA) pour des effets anti-inflammatoires décuplés et Ubiquinol pour une action antioxydante synergique.

Note : des chercheurs ont mis en évidence une puissante synergie entre les composés phytochimiques du café, capables de prévenir l’oxydation des lipides, et l’extrait de saule blanc, suggérant un effet protecteur pour les membranes cellulaires phospholipidiques (23). La phosphatidylcholine (PC) et les oméga-3, quant à eux, contribueraient à maintenir la stabilité et la fluidité des membranes cellulaires, potentiellement endommagées par une prise à long terme d’aspirine (24). On signale également que la Reine des Prés (Spiraea Ulmaria) permet une conversion de type identique.

Grâce à Willow Bark Extract, il devient possible de bénéficier de façon naturelle, d'une forme d'aspirine totalement végétale, dont les propriétés se rapprochent presque à l'identique de celles du produit obtenu par synthèse chimique.

Besoin d'aide ?

Téléphone

Appel gratuit* au
0800 _666 742
de 8h30 à 19h00 du lundi au vendredi
(*France Métropolitaine uniquement, +352 283 831 29 depuis les autres pays)

Questions fréquentes

Trouver les réponses aux questions les plus courantes

Formulaire de contact

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question sur le site et souhaitez nous contacter directement ?
Nous écrire
Paiement sécurisé
32 années d'expérience
Satisfait
ou remboursé
Envoi rapide
Consultation Offerte