0
fr
US
WSM
232954721
Votre panier est vide.
Menu

En stock

Alcohol Detox

Complément alimentaire « détox d'alcool » pour prévenir la gueule de bois

La formule de pointe pour affronter la « gueule de bois » et autres effets nocifs de l'alcool
  • Riche en extraits normalisés de chardon-marie et de Picrorhiza kurroa, aux propriétés hépatoprotectrices.
  • Mise sur les dérivés soufrés fétiches des cellules (Chlorhydrate de L-cystéine, sodium R-lipoate).
  • Renferme de la thiamine, qui participe au fonctionnement normal du système nerveux.
  • Contient de la vitamine C, souvent déficitaire lors d’une consommation d’alcool chronique.

Achat immédiat

120 Gél. Vég.

49.00 €

Auto-Livraison

120 Gél. Vég.

49.00 €

45.08 €

Je voudrais

chaque

Alcohol Detox

Sans gluten
Sans nanoparticules
Sans excipients controversés
Sans lactose
Sans édulcorant
Sans sucres ajoutés

Alcohol Detox est un complément alimentaire réunissant les meilleures substances actives pour limiter les désagréments liés à une consommation excessive d’alcool. Comportant des extraits végétaux dédiés à la santé du foie, il fournit également des vitamines dont l’assimilation ou la consommation sont potentiellement altérées par le métabolisme de l’éthanol. Sa formulation synergique agit également au niveau cellulaire pour soutenir les processus de détoxication.

Que contient Alcohol Detox, le complément idéal des soirées alcoolisées et lendemains de fête ?

Le complément alimentaire anti-gueule de bois Alcohol Detox rassemble des principes actifs d’exception pour faciliter la récupération de l’organisme lors d'une absorption importante d’alcool :

  • la vitamine C. Elle contribue à protéger les cellules contre le stress oxydatif, précipité par la prise de boissons alcoolisées. Certaines études semblent d’ailleurs indiquer une corrélation entre consommation importante d’alcool (> 80 g par jour) et apparition du scorbut (3) ;
  • le sodium R-lipoate. Sel dérivé de l’acide alpha-lipoïque, un précieux composé soufré, il jouerait un rôle important dans le recyclage du glutathion (4) ;
  • la thiamine. Cette forme hydrosoluble de vitamine B1 participe au maintien d’un métabolisme énergétique normal ainsi qu’au fonctionnement normal du système nerveux (5). Elle est ici associée à la benfotiamine, dérivé liposoluble de la thiamine, pour une efficacité renforcée (6) ;
  • l’asparagine. Une étude menée avec groupes témoins suggère un lien plausible entre la diminution des taux sériques d’asparagine, un acide aminé protéinogène, et le diagnostic ultérieur d’une pathologie liée à l’alcool (7) ;
  • un extrait de chardon-marie (Silybum marianum), standardisé à 80 % de silymarine. Originaire du bassin méditerranéen, il était déjà prisé par les Grecs pour soulager les troubles du foie. Participant au maintien d’une fonction hépatique normale, il exercerait une action régénératrice et protectrice sur les hépatocytes grâce à son principe actif majeur, la silymarine (8) ;
  • un extrait de katuki (Picrorhiza kurroa). Poussant à haute altitude sur les flancs de l’Himalaya, il est comparé en médecine ayurvédique à la gentiane indienne. Ses racines favorisent le fonctionnement normal du foie, avec une activité hépatoprotectrice remarquable (9) ;
  • un extrait de kudzu (Pueraria lobata). Les propriétés adaptogènes de cette liane grimpante passionnent la communauté scientifique. Une étude a mis en évidence des perspectives prometteuses en examinant ses effets sur l’accoutumance du buveur chronique (10).

Attention : le complément Alcohol Detox n’a toutefois pas vocation à réduire le taux d’éthanol sanguin.

Comment élimine-t-on l’éthanol ?

De formule chimique C2H5OH, l’éthanol (ou alcool éthylique) est la molécule psychotrope commune à toutes les boissons alcoolisées. Partiellement capté par l'estomac, sa réabsorption s’effectue majoritairement au niveau intestinal. Il gagne par la suite le foie via la circulation portale pour y être dégradé (à hauteur de 80 %).

Le métabolisme de l’alcool fait intervenir trois grandes enzymes : l’alcool déshydrogénase (ADH), le cytochrome P450 et la catalase. Celles-ci se chargent de convertir l’éthanol en acétaldéhyde, qui sera ensuite transformé en acétate par une quatrième enzyme, l’aldéhyde déshydrogénase (ALDH). Ces mécanismes demeurent plus ou moins efficaces selon l’âge, le poids, l’origine ethnique ou la prise de médicaments.

De quoi se compose Alcohol Detox

Chlorhydrate de L-cystéine
Acide aminé
Acide ascorbique
Vitamine
Sodium R-lipoate
Sel
Thiamine HCl
Vitamine
Asparagine
Acide aminé
Extrait de chardon-Marie
Plante

Des questions ? Des interrogations ?

Quelles sont les conséquences d’une consommation excessive d’alcool sur le foie et le cerveau ?

Après un excès d’alcool, une série de désagréments temporaires est habituellement constatée : maux de tête, soif intense, fatigue, nausées, vertiges, intolérance à la lumière ou au bruit, irritabilité... On parle de veisalgie, ou plus communément de « gueule de bois » (11). Ces symptômes variables culminent lorsque l’alcoolémie retombe à zéro, et peuvent persister durant 24 heures. Souvent banalisés, ces troubles ne doivent pourtant pas être pris à la légère, car susceptibles d’altérer la vigilance, la prise de décision ou la coordination des mouvements.

Lorsqu’elle devient récurrente, la consommation d’alcool perturbe le métabolisme des graisses et des sucres. Cela se traduit par un développement excessif de triglycérides dans les tissus hépatiques, provoquant un phénomène appelé stéatose. Par ailleurs, l’accumulation de l’acétaldéhyde engendre la formation de radicaux libres et la glycation des protéines, tout en entravant la production de glutathion, tripeptide protecteur des cellules. Elle crée ainsi un terrain propice aux inflammations chroniques du foie et du tube digestif (12-13).

Les dommages de l’éthanol touchent aussi le système nerveux central, plus particulièrement les régions du cortex frontal (inhibition, maîtrise de soi…), de l’hippocampe (mémoire), du cervelet (équilibre) ainsi que la médulla du tronc cérébral (fonctions autonomes comme le rythme cardiaque, la pression artérielle…) (14). Cela explique la pluralité des troubles physiques ou comportementaux éprouvés après une soirée trop arrosée.

Quel lien entre alcool et assimilation des vitamines ?

L’alcool en excès accroît le risque de carences en vitamines. Plusieurs études suggèrent notamment une relation entre une consommation importante d’alcool et un déficit en vitamines A, B1, B9 et C (15).

Si les mécanismes en œuvre demeurent encore obscurs, plusieurs pistes sont aujourd’hui avancées pour justifier ce fait :

  • une altération dans l’absorption, le stockage ou le métabolisme des substances vitaminiques ;
  • un « vol des vitamines » par l’alcool lui-même, pour satisfaire ses réactions métaboliques propres ou induites ;
  • une substitution de tout ou partie de la ration calorique journalière par les calories « vides » de l’alcool (rappelons au passage que 1 g d’éthanol = 7 kcal).
Comment combattre la gueule de bois ?

Si les remèdes de grand-mère contre la gueule de bois se disputent leurs mérites, peu d’entre eux ont démontré une réelle efficacité. Le temps reste le meilleur des alliés pour permettre à l’organisme de dégrader l’éthanol et d’éliminer ses sous-dérivés néfastes.

Il existe toutefois quelques bons réflexes à adopter pour éviter toute aggravation de vos symptômes :

  • hydratez-vous. L’alcool inhibe la vasopressine, hormone gouvernant la rétention hydrique au niveau rénal (16). Les mictions sont donc plus fréquentes. Pour prévenir la déshydratation, il est dès lors préconisé de boire régulièrement de l’eau plate, ainsi que du bouillon ou des jus de légumes riches en sels minéraux pour maintenir une bonne balance électrolytique ;
  • soyez prudent(e) avec le paracétamol. Les interactions entre alcool et paracétamol sont particulièrement complexes et font l’objet de nombreux débats scientifiques. Des cas d’hépatotoxicité sévères ont toutefois été rapportés chez les sujets alcooliques, ce qui doit conduire à la vigilance (17-18). Quant aux antalgiques à base d’aspirine ou d’ibuprofène, ils restent susceptibles d’irriter une muqueuse gastrique déjà fragilisée.
  • Mangez léger. Pour détoxiquer le foie et ne pas le surcharger, préférez des aliments digestes comme les œufs pochés, le poisson maigre ou les légumes vapeur. Certains ingrédients reminéralisants, tels que la banane ou le miel, apportent également un bon coup de pouce (19). Proscrivez en revanche les agrumes, qui pourraient accentuer vos brûlures d’estomac.
Avec quels compléments alimentaires associer Alcohol Detox ?

Pour vous remettre d’aplomb après une soirée trop festive et atténuer la gueule de bois, pensez aussi à :

  • Dihydromyricetin, complément naturel de dihydromyricétine, le flavonoïde de référence des lendemains de fête (20) ;
  • LIV 52®, concentré de 8 plantes ayurvédiques détoxifiantes soutenu par 180 études cliniques.

Besoin d'aide ?

Téléphone

Appel gratuit* au
0800 _666 742
de 8h30 à 19h00 du lundi au vendredi
(*France Métropolitaine uniquement, +352 283 831 29 depuis les autres pays)

Questions fréquentes

Trouver les réponses aux questions les plus courantes

Formulaire de contact

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question sur le site et souhaitez nous contacter directement ?
Nous écrire
Paiement sécurisé
32 années d'expérience
Satisfait
ou remboursé
Envoi rapide
Consultation Offerte