INNOVATION AND EXCELLENCE SINCE 1992
Accueil
  >  
Catégories
  >  
Détoxification
  >  
Charcoal 400 mg
Charcoal 400 mg
Charcoal 400 mg
Complément de Charbon actif contre les gaz intestinaux
  • Contribue à réduire les flatulences excessives et nauséabondes.
  • Absorbe les gaz intestinaux.
  • Solution naturelle idéale en cure.
voir les avis

Quantité : 200 Gél. Vég. 30.00 €
(35.00 US$)
Ajouter au panier

+Certificat d'analyse

Charcoal 400 mg est un complément alimentaire de charbon actif capable de fixer les bactéries, les toxines, et surtout les gaz. Qualifié régulièrement de « pansement intestinal », il contribue à éliminer les flatulences, les éructations, les épisodes d’aérophagie, mais aussi la mauvaise haleine liée à une fermentation intestinale anormale.

Il est destiné principalement :

  • Aux personnes qui souffrent de flatulences excessives.
  • Aux personnes victimes de ballonnements et de distension abdominale (ventre gonflé).
  • Aux personnes incommodées par des flatulences nauséabondes.

Comment est fabriqué le complément de charbon Charcoal 400 mg ?

Les charbons activés sont des charbons qui ont suivi un traitement d’activation leur conférant une surface particulière. Leur structure est spongieuse, faite de minuscules cristaux de graphite eux-mêmes constitués de plusieurs feuillets. Ces feuillets présentent de nombreux pores dont le nombre et la dimension dépendent des matières premières et de la qualité de l’activation.

Charcoal 400 mg est préparé à partir d’un bois résineux puis activé pour obtenir un réseau de pores ultra-fin selon des 6 étapes :

1) Concassage du charbon de bois.
2) Activation du charbon par immersion dans une solution spécifique.
3) Traitement thermique.
4) Refroidissement.
5) Lavage de la poudre jusqu’à obtention d’un pH neutre.
6) Séchage puis mise en gélules.

D’où viennent les flatulences ?

La libération rectale de gaz est un processus physiologique tout à fait normal mais en excès, il peut représenter un handicap important. Le volume moyen de gaz dans l’intestin est d’environ 200 ml chez un individu à jeun, mais on comptabilise une libération d’environ 600 ml de gaz intestinaux (avec une variation de 475 à 1500 ml) chaque jour par l’anus (1).

En moyenne, la fréquence journalière de flatuosités est de 10, avec une forte variabilité individuelle. La fréquence des flatulences et le volume de gaz intestinaux sont indiscutablement corrélés (2).

La production de gaz intestinaux provient essentiellement de 2 facteurs :

  • La déglutition de l’air. Chaque déglutition entraîne l’arrivée de 5 à 10 ml d’air dans l’estomac. La grande majorité est éructée mais la quantité parvenant jusqu’aux intestins est d’environ 400 ml.
  • La fermentation bactérienne. Le reste du gaz est produit par la fermentation bactérienne d’hydrates de carbone et de glycoprotéines non résorbables. On estime ainsi qu’environ 20 % des hydrates de carbone ingérées au cours des repas ne sont pas résorbés (3), ce à quoi il faut ajouter les oligosaccharides non résorbables présents dans les légumineuses. Le fructose et le sorbitol, contenus dans les fruits et les aliments transformés participent également à la production de gaz par les bactéries intestinales.

Les flatulences peuvent être également liées à des situations assez rares de malabsorptions, d’intolérances au lactose ou de supercontinence, une incapacité à éructer suffisamment d’air avalé.

Les gaz intestinaux contiennent principalement de l’azote (plus de 90 %), ainsi que de l’hydrogène, de l’hydroxyde de carbone (CO2), du méthane, du sulfure d’hydrogène (responsable de l’odeur), du diméthylsulfure d’hydrogène, et des scatols, les principaux responsables du bruit (4).

Quels sont les principaux problèmes que posent les flatulences ?

Près de la moitié des personnes qui se plaignent de flatulences excessives ne produisent pas plus de gaz que les autres, mais le temps de rétention de ces gaz est plus long (5). Les autres sont victimes d’une fermentation accrue.

Près de 20 % des personnes occidentales souffrent de ballonnements et de flatulences gênantes. Chez la plupart d’entre elles, majoritairement des femmes, ces problèmes de flatulences s’accompagnent de plusieurs symptômes comme une certaine tension abdominale, une sensation de pression désagréable, des borborygmes, des ballonnements et même des douleurs. Ces dernières se situent surtout au niveau péri-ombilicale et dans le bas ventre (6). Le symptôme considéré comme le plus gênant reste néanmoins la distension abdominale qui n’est pas qu’une impression puisqu’elle est mesurable objectivement. On retrouve généralement chez ces personnes une altération du tonus de la paroi abdominale : la rétention produit une relaxation paradoxale des muscles impliqués dans le maintien du tonus de l’abdomen inférieur.

Ces symptômes empirent généralement au fil de la journée mais sont soulagés après la défécation.

Comment éviter les flatulences ?

Pour détecter les aliments responsables des flatulences, tenez un journal d’alimentation pendant une semaine et notez l’horaire des repas, leur composition et l’horaire des symptômes ressentis. Limitez au maximum les 5 groupes d’aliments suivants, connus pour provoquer des flatulences :

  • Haricots, graines de soja, chou-rouge, chou-fleur, chou blanc, chou chinois, chou frisé, brocoli, aubergines, poivrons, oignons, échalotes.
  • Noix, fruits à écale.
  • Pommes, poires, abricots, prunes, pêches, raisin.
  • Pommes de terre, céréales, pop-corn (aliments riches en amidon)
  • Tous les aliments transformés contenant du sorbitol, du fructose et des édulcorants artificiels.

Compensez la part journalière des céréales et des pommes de terre par du riz et des céréales sans gluten (dont les hydrates de carbone sont entièrement absorbables).

Dès la disparition des symptômes, reprenez progressivement une alimentation normale en observant un délai de deux jours avant la réintroduction d’un nouveau groupe d’aliments. Si les flatulences réapparaissent, supprimez à nouveau le groupe d’aliments identifié.

Que faire contre les flatulences ?

Il existe plusieurs mesures à prendre en association avec une supplémentation en gélules de charbon activé :

  • Mangez lentement, si possible en étant calme et détendu.
  • Ne parlez pas trop en mangeant.
  • Buvez dans un verre plutôt qu’au goulot de la bouteille.
  • Evitez de mâchez de la gomme.
  • Limitez les boissons chaudes.
  • Limitez les boissons gazeuses et la bière.
  • Arrêtez de fumer.
  • Si vous souhaitez manger des légumineuses comme des pois, des lentilles ou des haricots secs, faites-les tremper puis rincez les et faites-les cuire dans une nouvelle eau.
  • Essayez de vous complémenter en probiotiques (yaourt, kefir ou en suppléments de qualité comme ProbioForte).
  • Augmentez votre niveau d’activité physique pour accélérer le transit des gaz digestifs.

Quand dois-je prendre le charbon actif ?

Les compléments de charbon actif doivent être pris après les repas, à distance des médicaments.

Y a-t-il des précautions à prendre en prenant du charbon actif ?

Il n’est pas recommandé de boire de l’alcool au cours de la complémentation en charbon. Celui-ci pourrait réduire la capacité du charbon à absorber les gaz et les toxines (7). La prise de médicaments par voie orale pourrait avoir le même effet. Il est donc conseillé de prendre le charbon actif plus d’une heure après leur ingestion, et après avoir consulté un professionnel de santé.

Mise à jour : 30/07/2018

Notes

Ce produit ne doit pas se substituer à une alimentation diversifiée et équilibrée, et à un mode de vie sain. Respecter les conseils d'utilisation, la dose journalière conseillée et la date limite d'utilisation. Déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes, et aux enfants de moins de 15 ans. Tenir hors de portée des jeunes enfants. A conserver dans un endroit sec et frais.

Références

  1. Rao SS. Belching, bloating and flatulence: How to help patients who have troublesome abdominal gas. Postgrad Med 1997;101:263-77.
  2. Serra J, Azpiroz F, Malagelada JR. Impaired transit and tolerance of intestinal gas in the irritable bowel syndrome. Gut 2001;48:14-9.
  3. Anderson IH, Levine AS, Levitt MD. Incomplete absorbtion of the carbohydrate in all-purpose wheat flour. N Engl J Med 1981;304:891.
  4. Clearfield HR. Clinical intestinal gas syndromes. Prim Care 1996;23: 621-8.
  5. Mayer EA, Raybould HE. Role of visceral afferent mechanisms in functional bowel disorders. Gastroenterology 1990 ; 99 : 1688-704.
  6. Dainese R, Serra J, Azpiroz F, Malagelada J-R. Effects of physical activity on intestinal gas transit and evacuation in healthy subjects. Am J Med 2004 ; 116 : 536-9.
  7. Hoegberg LC, Angelo HR, Christophersen AB, Christensen HR. Effect of ethanol and pH on the adsorption of acetaminophen (paracetamol) to high surface activated charcoal, in vitro studies. J Toxicol Clin Toxicol 2002;40:59-67
Dose journalière : 9 gélules
Nombre de doses par boîte : 22
Quantité par dose
Charbon actif 3.6 g
Autres ingrédients : triglycérides à chaîne moyenne, acide stéarique.


Réservé aux adultes. Prendre 2 à 3 gélules, après chacun des trois repas, aux premiers signes de troubles intestinaux.
Chaque gélule contient 400 mg de charbon actif.

Précautions : Ne pas dépasser la dose quotidienne recommandée. Ce produit est un supplément nutritionnel (ou complément alimentaire) qui ne doit pas se substituer à une alimentation variée et équilibrée. Ne pas laisser à la portée des jeunes enfants. Conserver à l'abri de la lumière, de la chaleur et de l'humidité. Comme avec tout supplément nutritionnel, consultez un professionnel de santé avant de le consommer si vous êtes enceinte, allaitez ou si vous avez un problème de santé.
 
Découvrez quelques témoignages de nos clients

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
Continuer mon shopping
keyboard_arrow_up